Israël accusé d'avoir mené des raids aériens dans l'ouest de la Syrie

09 Septembre, 2017, 03:25 | Auteur: Phil Beauvilliers
  • Frappes israéliennes en Syrie sur un possible site de recherche chimique

L'aviation israélienne a frappé, dans la nuit du mercredi 6 au jeudi 7 septembre, un site militaire syrien stratégique, près de la ville de Masyaf, dans la province de Hama (ouest).

). Dans son communiqué l'armée syrienne indique que les avions de guerre israéliens ont tiré ce mercredi à 02h42 heure locale (23h42 GMT) des missiles depuis l'espace aérien libanais, ciblant une de ses positions à proximité de Mesyaf. Selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), au moins 87 personnes, dont 30 enfants, ont perdu la vie dans cette attaque. "Un énorme incendie s'est déclaré dans un dépôt d'armes contenant des missiles", a-t-il poursuivi.

Un ancien chef des renseignements militaires, Amos Yadlin, a affirmé sur les réseaux sociaux que le site touché produisait " des armes chimiques et des barils explosifs ayant tué des milliers de civils syriens ".

Enfin, selon M. Yadlin, il est également question de prouver que " les systèmes de défense russes déployés en Syrie n'empêchent pas les opérations israéliennes ". Après des mois d'enquête, l'ONU est formelle: le régime syrien est à l'origine de cette attaque, et accuse Damas de "crime de guerre":"Nous avons recueilli de nombreuses preuves explique Paulo Pinheiro, le président de la Commission d'enquête de l'ONU sur la Syrieparmi elles, 43 entretiens avec des victimes, des témoins occulaires, du personnel médical qui s'est rendu sur le site, des photos des destructions et des images satellites".

La Commission d'enquête de l'ONU sur la Syrie a affirmé avoir rassemblé "une grande quantité d'informations" montrant que les forces aériennes syriennes étaient derrière l'horrible attaque au gaz sarin du 4 avril.

Le régime Assad nie constamment toute implication dans des attaques chimiques, assurant avoir remis tous ses stocks après un accord conclu en 2013.

Mais, en 2016, deux rapports d'enquêteurs de l'ONU et de l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC) avaient conclu que Damas avait mené trois attaques au chlore en 2014 et 2015 dans le nord de la Syrie.

Recommande: