Le point sur la crise — Corée du Nord

09 Septembre, 2017, 04:02 | Auteur: Phil Beauvilliers
  • Le président américain Donald Trump a vivement critiqué l'essai conduit par la Corée du Nord

Les Etats-Unis ont présenté mercredi à l'ONU leur projet de résolution pour de nouvelles sanctions internationales contre la Corée du Nord, qui propose un embargo sur le pétrole (y compris les produits raffinés et le gaz liquide) à destination de la Corée du Nord et veut empêcher ses exportations de textile.

L'essai nucléaire réalisé dimanche par la Corée du Nord peut être perçu comme une manière de forcer la main au gouvernement chinois pour que celui-ci pousse les États-Unis à dialoguer avec le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un.

Dans ce projet, obtenu par l'AFP, les Etats-Unis veulent aussi un gel des avoirs contrôlés directement ou indirectement par le numéro un nord-coréen, Kim Jong-Un, et l'arrêt du financement des expatriés nord-coréens dans le monde.

"La faiblesse ou l'ambiguïté n'est tout simplement pas une option", a souligné M. Delattre devant la presse avant de participer à une réunion d'urgence du Conseil de sécurité des Nations Unies.

Pékin, premier soutien de Pyongyang et destinataire de 90% de ses exportations, est un acteur-clé dans la problématique nord-coréenne.

Le leader nord-coréen a cependant pris le risque de susciter le courroux du président chinois au moment où ce dernier s'approche d'une échéance politique cruciale: le Congrès du parti communiste chinois, qui s'ouvrira le 18 octobre. Mais la position de Pékin et Moscou, dotés d'un droit de veto, reste incertaine.

Graphique montrant les principaux sites nucléaires de la Corée du Nord et une chronologie des tests confirmés déjà effectués.

Les sanctions proposées par Washington à l'ONU contre la Corée du Nord, si elles sont votées lundi 11 septembre, seraient les plus sévères jamais envisagées. Et les tractations vont bon train pour tenter de laisser une chance à la diplomatie.

La Corée du Nord posséderait en effet un missile balistique intercontinental "Hwasong-14 amélioré" capable de parcourir 10.000 kilomètres, qui a été testé le 28 juillet 2017 et lancé depuis Mupyong-ni.

Le président américain a ensuite semblé mettre en sourdine ses déclarations martiales des derniers jours.

Ces propos illustrent à quel point la Chine marche sur un fil en préférant résoudre le problème nord-coréen par la dénucléarisation et un scénario de "gel pour le gel" plutôt que par une action militaire, mise en avant par les Américains. Ce régime a été étendu en 2013 aux individus ou entités qui aideraient la Corée du Nord à échapper aux sanctions.

Washington a aussi baissé d'un ton vis-à-vis de la Chine.

Chinese President Xi Jinping delivers a speech during the Korea China Investment Forum at a hotel in Seoul July 4, 2014. Et il n'y a que 30 000 nord-Coréens qui travaillent dans son pays.

Pyongyang a aussi interdiction de vendre de l'or, du titane et des minerais rares utilisés dans la haute technologie, et ne pourra plus se procurer de carburant pour l'aviation et pour les fusées. Ses moyens, selon des diplomates ayant eu accès au rapport, sont toujours plus variés: utilisation de pays tiers ou de sociétés écrans, changement régulier des immatriculations de bateaux, fausses appellations sur les cargaisons, etc. Outre les sanctions internationales prises à l'ONU, les Etats-Unis, l'Union européenne et le Japon ont décidé d'une multitude de sanctions individuelles.

Recommande: