Peugeot : PSA porte plainte après les informations du Monde

09 Septembre, 2017, 12:27 | Auteur: Nathanaël Gerin
  • Près de 2 millions de véhicules seraient concernés par cette fraude

Le document, fruit de plusieurs mois d'enquête après l'ouverture d'une instruction judiciaire début avril pour "tromperie aggravée", révèle l'ampleur de la fraude: "au moins 1 914 965 véhicules diesel de génération Euro 5" dont les moteurs ont été manipulés ont été vendus en France entre 2009 et 2015. Le constructeur a déjà lancé sa communication de crise pour démentir formellement l'existence d'une stratégie frauduleuse et réaffirmer que ses véhicules ne contiennent pas de dispositif truqueur.

Dans son communiqué, PSA souligne avoir "expliqué à de multiples reprises sa stratégie de réglage moteurs".

Le journal Le Monde s'est procuré le procès-verbal d'infraction de la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF), concernant le dieselgate et PSA. Les véhicules PSA seraient équipés de deux modes de fonctionnement un "LowNox" qui "abaisse les Nox mais augmente la consommation" et un mode "LowCO2" qui "réduit la consommation" mais augmente "de manière significative les NOx". "PSA dément toute stratégie frauduleuse et réaffirme avec force la pertinence de ses choix technologiques", avance simplement un porte-parole du groupe automobile. Le premier, dit "low NOx", permettait d'émettre peu d'oxyde d'azote mais au prix d'une consommation de carburant plus élevée et d'un confort de conduite moindre. Il s'indigne de la transmission d'informations à des tiers sans qu'il ait eu de son côté accès au dossier transmis par la DGCCRF au parquet, ce qui lui interdit jusqu'à présent de faire valoir ses arguments. "Elle privilégie les faibles émissions d'oxyde d'azote (NOx) en ville tout en assurant le meilleur équilibre NOx/CO2 sur route ".

Pour le prouver, le groupe avait publié ses propres résultats de test réalisés en condition réelle de conduite, qui montraient des performances correctes. Le groupe "se réserve le droit de porter plainte pour violation du secret de l'instruction et des obligations de confidentialité des autorités".

L'enquête, confiée à trois juges du pôle santé publique du tribunal de grande instance de Paris, vise directement PSA en tant que personne morale, à travers son PDG Carlos Tavares.

Ce nouveau Diesel gate est d'importance notamment pour les anciens dirigeants du groupe automobile français puisque Jean-Martin Folz (1997-2007), Christian Streiff (2007-2009) et Philippe Varin (2009-2014) sont directement impliqués dans cette affaire et considérés comme les responsables présumés de cette nouvelle affaire de triche aux émissions.

Recommande: