Il manque 484 euros par mois aux Français pour être à l'aise

11 Septembre, 2017, 19:49 | Auteur: Nathanaël Gerin
  • Une consommatrice

La situation financière des Français est toujours fragile.

Plus d'un Français sur 2 (51 %) estime que son pouvoir d'achat va augmenter ou se stabiliser au cours des 12 prochains mois. A l'inverse, les plus de 65 ans sont 76% à penser que leur situation va bientôt se détériorer. Là aussi, c'est une somme en progression de 30 euros par rapport à 2016.

Il manque 484 euros en moyenne chaque mois aux Français pour vivre confortablement, selon le 6e baromètre Cofidis-CSA sur le pouvoir d'achat, publié lundi 11 septembre. "Cette hausse en 2017 interpelle par rapport à une relative stabilité observée de 2014 à 2016 (465 euros en moyenne)", commente la directrice marketing de Cofidis France, Céline François. "Ce nouvel élan, ces envies de projets, peuvent expliquer paradoxalement cette hausse du montant moyen qui manque chaque mois aux Français pour vivre confortablement". Mais cela n'empêche pas les Français de se projeter, souligne Céline François.

Pour améliorer son pouvoir d'achat, on apprend par l'étude que près d'un Français sur cinq a recours à son épargne tandis que 7 % s'endettent de plus en plus.

Interrogés sur leurs projets à court et moyen terme, 64 % des Français ont répondu envisager d'importantes dépenses dans les mois à venir; l'an dernier à pareille époque, ils n'étaient que 58 % à désirer se lancer dans un projet d'acquisition occasionnant d'importantes dépenses (de type voiture ou bien immobilier). En outre, 45% des Français déclarent vivre mal, dont près d'un tiers (31%) estime vivre de plus en plus mal, 9% considérant qu'ils sont en train de devenir pauvres et 5% considérant déjà vivre dans la pauvreté. Hélas, pour beaucoup, ce n'est pas tous les mois le cas. Ainsi, "près d'un Français sur trois (31%) boucle tout juste son budget et un sur quatre (26%) est en difficulté financière", donc contraint de tirer sur ses réserves ou de s'endetter.

Afin de s'en sortir, 19% d'entre eux puisent dans leur épargne. Nombreux sont ceux qui ont recourt à des emprunts bancaires. Ils sont 30 % à déclarer être à découvert au moins une fois tous les trois mois.

Recommande: