Irma : " La reconstruction doit mobiliser toute notre énergie ", déclare Édouard Philippe Philippe

11 Septembre, 2017, 20:21 | Auteur: Phil Beauvilliers
  • Des gens pillent un magasin le 7 septembre 2017 dans Quartier-d'Orleans à Saint Martin après la passage d'Irma

Il faudra donc du temps pour que les élèves reprennent les cours: le Premier ministre espère que la rentrée aura lieu après les vacances de la Toussaint. Ce lundi, Edouard Philippe a lancé le chantier de la reconstruction des territoires touchés, à l'issue de la première réunion, à Matignon, du comité interministériel pour la reconstruction des îles de Saint-Martin et Saint-Barthélemy.

La priorité du gouvernement est de répondre aux situations d'urgence.

Edouard Philippe a par ailleurs annoncé la nomination cette semaine en Conseil des ministres d'un délégué interministériel pour "coordonner la reconstruction" des deux îles des Antilles, un processus qui sera mené, a-t-il promis, de façon "cohérente" et "durable". Mais dès mardi, un centre de soins sous tente de grande capacité va être installé à Marigot (Saint-Martin) pour les victimes d'Irma. "Il nous permettra d'accueillir, avec le renfort de médecins libéraux, un très grand nombre d'habitants", a-t-il ajouté. "Les hôpitaux de Saint-Martin et Saint-Barthélémy ont beaucoup souffert des cyclones" mais qu'ils sont en mesure de fonctionner, a précisé le chef du gouvernement. Sont notamment opérationnels "un bloc opératoire et un bloc obstétrique à l'hôpital de Saint-Martin". "Dès son arrivée, les capacités hospitalières seront en mesure de traiter la totalité des hypothèses qui pourraient se présenter".

Au vu des dégâts, la rentrée scolaire sera repoussée à Saint-Martin et Saint-Barthélemy. Selon Édouard Philippe, 18 écoles sur 21 sont à reconstruire.

Des "tentes gonflables et climatisées de très grande capacité" seront donc mises en place. Le collège de l'île et un centre scolaire "devront aussi être reconstruits". "Une cinquantaine de groupes électrogènes de grande capacité sont en route", a-t-il indiqué. "En revanche, le réseau mobile et le réseau fixe sont terriblement dégradés", a poursuivi le Premier ministre.

Quant à l'eau, il faudra, dans les prochaines semaines, s'en remettre aux distributions de bouteilles ou par citernes. "La première estimation sur un retour à la normale s'agissant de la distribution d'eau laisse à penser qu'il faudra au moins trois mois pour reconstruire et remettre en ordre les systèmes de façon satisfaisante", a relevé le Premier ministre. Avec lui partiront également des experts qui auront pour ambition d'"évaluer les risques et proposer les mesures nécessaires" à la ministre de la Santé et au préfet.

Recommande: