Investissement israélien en Afrique: Le sommet togolais reporté sine die?

13 Septembre, 2017, 14:44 | Auteur: Phil Beauvilliers
  • Sommet Afrique-Israël : L'état hébreu et le Togo décident de reporter la rencontre d'octobre prochain pour une

Emmanuel Nahshon, porte-parole du ministère israélien des Affaires étrangères, précise que la demande est venue du côté togolais et que cette dernière reflète " probablement " la situation interne au Togo.

Le sommet Israël-Afrique devait accueillir des officiels et investisseurs israéliens, ainsi qu'une trentaine de dirigeants africains.

"Suite à la demande du président de la République togolaise et des consultations avec le Premier ministre de l'État d'Israël, il a été décidé d'un commun accord de reporter le sommet Afrique-Israël, qui devait avoir lieu au mois d'octobre à Lomé, et de convenir d'une nouvelle date", rapporte un communiqué de presse publié lundi par la Direction de l'information et de la communication de la Présidence togolaise. "Le Président du Togo a indiqué que ce changement permettra d'optimiser les préparations et d'assurer la réussite de cet événement", indique le texte diffusé peu après 20 heures. Il était utopique pour Israël de croire que les pays africains, qui ont majoritairement témoigné leur soutien et leur sympathie à la lutte du peuple palestinien, allaient accepter aussi facilement de participer à ce genre de rencontres. Si la position de l'Algérie est connue et irréversible, celle de l'Afrique du Sud est différente.

Israël qui a déjà entamé une offensive diplomatique et économique en Afrique veut continuer à renforcer ses liens avec le continent où il recherche également une place de choix dans certains organismes, notamment au sein de la Communauté économique des Etats d'Afrique de l'Ouest et de l'Union africaine (UA). Malgré toutes les offres que leur fait miroiter Tel-Aviv dans les domaines tels que l'eau, l'agriculture, la santé et les technologies, les dirigeants africains ont rarement répondu par l'affirmative aux sollicitations israéliennes.

L'annonce de l'annulation du sommet sonne néanmoins comme un camouflet diplomatique pour le gouvernement israélien de Benjamin Netanhayu.

Recommande: