Un accord entre Ankara et Moscou inquiète l'Otan

13 Septembre, 2017, 07:24 | Auteur: Phil Beauvilliers
  • Revue de la presse turque

Ce qui était peu probable, voire un simple effet d'annonce, il y a si peu, est devenu hier un engagement formel de la part des autorités turques.

"M. Poutine et moi-même sommes déterminés à cet égard", a-t-il déclaré à la presse.

Cet accord d'armement, dont le montant n'a pas été dévoilé, suscite l'inquiétude des alliés de la Turquie au sein de l'Alliance atlantique (OTAN). Selon le ministre turc de la Défense Fikri Isik, les systèmes S-400 que la Turquie projette d'acheter à la Russie ne seront pas intégrés au système de défense antimissile de l'Otan. "Un acompte a été réglé, d'après ce que j'en sais", a indiqué le président turc Recep Tayyip Erdogan, cité par Hürriyet Daily News et plusieurs journaux. La prochaine étape concernera le transfert d'un crédit russe à la Turquie afin de financer la livraison, qui n'est donc pas encore imminente.

"Nos amis ont déjà signé (le contrat) pour les S-400". Comme vous le savez, le système S400 est un système compliqué comprenant plusieurs matériels techniques.

" Toutefois je peux garantir que toutes les décisions prises dans le cadre de ce contrat sont conformes à nos intérêts stratégiques".

Dans ce contexte, l'annonce d'un accord illustre aussi le réchauffement des relations entre Moscou et Ankara, après une grave crise diplomatique causée par la destruction d'un bombardier russe par la Turquie au-dessus de la frontière syrienne, en novembre 2015. Les experts voient dans l'accord sur les S-400 un signe de mécontentement envoyé à l'Occident par les deux pays. Cette annonce survient en outre sur fond de tensions entre Ankara et plusieurs pays occidentaux.

"Ainsi, Ankara a réclamé, hier, l'annulation de la condamnation à huit ans de prison par la justice russe d'Akhmet Tchiïgoz, un représentant des Tatars de Crimée, une communauté musulmane majoritairement opposée à l'annexion de la Crimée par la Russie".

Recommande: