Trump évoque des "terroristes ratés" connus des services — Attentat à Londres

15 Septembre, 2017, 16:53 | Auteur: Phil Beauvilliers
  • Voici ce qui pourrait être l'engin explosif artisanal

Le Président américain s'est exprimé sans ambages à propos de l'explosion survenue ce vendredi matin à Londres, qualifiant les auteurs de l'attaque de "losers" déments et malades qui étaient depuis longtemps dans le collimateur de Scotland Yard.

"Une nouvelle attaque à Londres perpétrée par un terroriste loser", a-t-il écrit sur son compte Twitter. Ce sont des gens malades et déments qui étaient dans la ligne de mire de Scotland Yard. Il faut être proactif! "Internet est leur outil privilégié de recrutement, que nous devons couper et mieux utiliser!".

Loser terrorists must be dealt with in a much tougher manner.The internet is their main recruitment tool which we must cut off & use better! La police londonienne ajoutant quant à elle que "les spéculations n'aident en rien".

Le gouvernement britannique s'était montré furieux lorsque des fuites dans la presse américaine attribuées à des sources officielles avaient révélé des informations sur l'attentat meurtrier de Manchester, qui a fait 22 morts lors d'un concert en mai 2017. Un ancien responsable du cabinet de la Première ministre britannique Theresa May, Nick Timothy, a rapidement réagi vendredi aux tweets de Donald Trump. "Vrai ou pas - et je suis certain qu'il ne sait pas -, ceci est vraiment malvenu de la part du dirigeant de notre allié et partenaire dans le renseignement", a-t-il asséné sur Twitter. Dans une série de tweets, il en profite ainsi pour donner sa propre vision du terrorisme et des moyens pour combattre celui-ci, sans oublier de faire la promotion de son "travel ban", son décret anti-immigration.

"Les terroristes ratés devraient être traités de façon plus dure".

Trump conclut en se félicitant des progrès réalisés contre le groupe terroriste État islamique. "Nous avons davantage progressé contre Daesh ces neufs derniers mois que l'administration Obama en huit ans", s'est vanté Donald Trump.

Recommande: