Palestine Le Hamas prêt à se réconcilier avec le Fatah

17 Septembre, 2017, 17:09 | Auteur: Phil Beauvilliers
  • Le chef du Hamas Ismail lors d'une conférence depresse à Gaza,l e 5 juillet 2017

Le Hamas précise dans le texte qu'il restituera le pouvoir dans la bande Gaza au gouvernement d'union et que l'administration qu'il y a mise en place sera dissoute.

Mahmoud Abbas, dirigeant du Fatah et président de l'Autorité palestinienne, a, lui aussi, été invité à se rendre en Égypte la semaine dernière.

Le Hamas a annoncé dimanche dans un communiqué être prêt à discuter de la formation d'un gouvernement de réconciliation avec ses rivaux du Fatah et à organiser des élections générales.

Le Hamas avait créé en mars dernier ce "comité administratif", formé de sept hauts responsables du mouvement pour gérer les affaires de l'enclave.

Il n'était pas encore clair dimanche dans quelle mesure cette offre du Hamas allait permettre de rapprocher les deux rivaux.

Le président palestinien Mahmoud Abbas à Ramallah le 25 juillet 2017
Le président palestinien Mahmoud Abbas à Ramallah le 25 juillet

Cet organe est perçu par le président Abbas comme un gouvernement parallèle entravant la réconciliation et l'unité interpalestinienne, ce que le parti islamiste a toujours nié.

Le président palestinien Mahmoud Abbas a mené un conflit contre le Hamas au sujet de la bande de Gaza en 2007, qui a mené le Hamas a prendre le contrôle du territoire.

Depuis sa création, M. Abbas s'est efforcé d'affaiblir le Hamas, bloquant notamment les versements de la facture de l'électricité fournie par Israël à Gaza, qu'il réglait.

Les relations entre l'Egypte et le Hamas étaient très tendues depuis le renversement en 2013 de l'ancien président Mohammed Morsi, membre des Frères Musulmans, dont est également issue la formation islamiste palestinienne. Elle est à couteaux tirés avec le Hamas depuis que celui-ci l'a évincée de la bande de Gaza au prix d'une quasi-guerre civile en 2007.

"Le gouvernement palestinien doit à présent revenir à Gaza pour exercer son autorité, comme il le fait en Cisjordanie", a dit Azzam al-Ahmad, cité par l'agence officielle Wafa. Aux portes du désert, l'enclave souffre d'un manque permanent d'eau et d'électricité et, selon l'ONU, risque de devenir "invivable" d'ici à 2020.

Recommande: