La sécurité des athlètes aux JO en Corée inquiète Laura Flessel

22 Septembre, 2017, 14:26 | Auteur: Lucien Wathelet
  • La ministre des Sports Laura Flessel lors d'une cérémonie à l'Elysée après l'attribution des JO de 2024 à la ville de Paris

Interrogée sur la poussée des tensions avec la Corée du Nord, la responsable française a expliqué que l'équipe de France pourrait ne pas participer aux prochains Jeux olympiques d'hiver qui se dérouleront, en février prochain, à Pyeongchang, en Corée du Sud, à environ 80 kilomètres de la frontière avec le Nord, si la sécurité des athlètes n'était pas assurée. Mais la situation géopolitique de la région inquiète grandement les institutions sportives, et même politiques.

Les déclarations de la ministre française des Sports, Laura Flessel, ont glacé, ce vendredi matin, les autorités sud-coréennes.

Pyeongchang a été élue ville-hôte des JO de 2018 en 2011, battant au passage Annecy et Munich. "On ne mettra jamais dans l'insécurité notre équipe de France", a-t-elle affirmé sur RTL.

Si la ministre des Sports a tenu à faire part de ses réserves, elle a également tempéré son propos en précisant que nous étions encore très loin d'un forfait de l'équipe de France. "Aujourd'hui nous n'en sommes pas là (à envisager une annulation des JO) et je vous dis, je vous demande surtout, de ne pas inquiéter cette équipe de France qui travaille déjà depuis plus de 4 ans, a ajouté Laura Flessel".

Le 15 septembre, le porte-parole du CIO avait révélé: " Il n'y a pas de plan B ". "Nous appelons à une solution diplomatique et à la paix", avait encore souligné M. Bach appelant à une trêve olympique négociée sous l'égide de l'ONU. "On est au courant de la situation et avec le ministère des Affaires étrangères nous sommes en étroite relation donc nous continuons à regarder, à analyser", a-t-elle avancé.

Recommande: