Perturbateurs endocriniens : le comportement des petits garçons affecté

01 Octobre, 2017, 08:23 | Auteur: Djeferson Maurice
  • Perturbateurs endocriniens et grossesse : une étude prouve les dangers réels sur les petits garçons

L'exposition pendant la grossesse à certains perturbateurs endocriniens est associée à des troubles du comportement des garçons entre 3 et 5 ans, selon une étude de l'Inserm publiée dans la revue Environmental Health Perspectives. Parmi ceux-ci, trois substances chimiques sont préoccupantes: le bisphénol A, le triclosan et le phtalate de dibutyle (DBP).

Pour rappel, le bisphénol A a été interdit de tous les contenants alimentaires en France en janvier 2015 (donc après la réalisation de l'étude). Les mères de ce groupe d'étude avaient été recrutées par l'Inserm entre 2003 et 2006 à Nancy et Poitiers, alors qu'elles étaient enceintes. Le niveau d'exposition à plusieurs substances pendant la grossesse (notamment des phtalates, le bisphénol A, des phénols, etc.) avait été mesuré. Il est apparu que 70 à 100% des femmes de la cohorte Eden étaient alors exposées à des niveaux détectables de ces substances.

Les chercheurs ont ensuite régulièrement suivi les enfants de ces mères, par exemple en leur soumettant des questionnaires aux troisième et cinquième anniversaires. Ces recherches en cours vont également permettre d'identifier les "potentielles périodes de sensibilité aux phénols et phtalates sur différents événements de santé tels que la croissance, le comportement ou la santé respiratoire", mais aussi les effets de ces expositions sur les petites filles. Le DBP serait lié à des troubles émotionnels et relationnels dès l'âge de 3 ans, et l'exposition au triclosan augmenterait les troubles émotionnels à 3 et 5 ans. Le triclosan, quant à lui, est un agent antibactérien que l'on trouve dans les savons, les dentifrices ou les gels douches.

Les résultats nouvellement obtenus sont la résultante d'un prélèvement d'urine pendant la grossesse et de l'analyse de deux questionnaires portés sur l'hyperactivité, les troubles émotionnels, les troubles relationnels, les problèmes de conduite et l'inattention des jeunes garçons. "Ce travail confirme que les effets du bisphénol A sur le comportement observés chez l'animal de laboratoire se retrouvent chez l'humain à des expositions faibles, probablement inférieures à celles préconisées par l'autorité européenne de sécurité alimentaire", indiquent les scientifiques.

L'exposition au DBP était associée à davantage de troubles émotionnels et relationnels comme les comportements de repli à 3 ans mais pas à 5 ans pour les troubles émotionnels.

L'Inserm établit un lien entre hyperactivité, troubles émotionnels et perturbateurs endocriniens.

Son équipe avait déjà mis en évidence une diminution du périmètre crânien à la naissance chez les petits garçons exposés in utero au triclosan.

De nombreux échantillons d'urine par participant (mère mais aussi enfant) seront recueillis durant la grossesse et les premières années de l'enfant, pour mieux mesurer l'exposition aux substances.

Recommande: