Anne Bert a été euthanasiée — Charente-Maritime

02 Octobre, 2017, 18:10 | Auteur: Djeferson Maurice
  • Maladie de Charcot. Anne Bert l'écrivaine de Charente-Maritime a été euthanasiée

Anne Bert s'est éteinte lundi matin peu après 09h00 en Belgique, a indiqué sa fille dans un appel téléphonique à l'AFP, information confirmée peu après par son éditeur Fayard.

Elle l'avait annoncé partout dans les médias ces derniers mois, l'écrivaine Anne Bert, âgée de 59 ans, souhaitait mourir. Romancière et ancienne éditrice, Anne Bert souffrait d'une sclérose latérale amyotrophique (SLA), aussi appelée "maladie de Charcot", qui conduit à une paralysie des muscles et qui l'"emmure progressivement".

Si elle se défendait d'avoir écrit "un texte militant", son livre évoque son "combat" pour un départ choisi. Se défendant de tout militantisme, elle expliquait sur un ton apaisé, vouloir garder la maîtrise de sa vie jusqu'au bout et ne pas subir un " enfermement " dans son propre corps.

Si cette maladie cause de grandes souffrances physiques, elle est aussi infiniment dure à vivre pour les patients ainsi que pour leurs familles et leurs proches: se savoir condamné, pouvoir bouger de moins en moins, savoir qu'il n'y a rien à faire et que son état ne fera qu'empirer au fil du temps, se retrouver bientôt incapable de communiquer, être témoin de sa lente déchéance. " Une mort qu'elle voulait " devancer (...) avant d'être torturée ". Mais elle s'applique uniquement aux malades déjà en phase terminale et n'autorise pas l'euthanasie active, c'est-à-dire l'administration d'un produit provoquant directement la mort. Une procédure qu'Anne Bert jugeait "hypocrite", comme elle l'avait déclaré à Léa Salamé. En France, la loi Claeys-Leonetti autorise depuis 2016 la sédation profonde et continue jusqu'au décès, une administration de substances antidouleurs qui s'apparente à un droit à être endormi sans être réveillé.

Anne Bert avait interpellé les candidats à l'élection présidentielle de 2017 en leur adressant une lettre ouverte réclamant un droit à choisir sa fin de vie.

Recommande: