L'efficacité de l'homéopathie est remise en cause, son remboursement aussi

05 Octobre, 2017, 01:52 | Auteur: Djeferson Maurice
  • Homéopathie: les académies des sciences européennes demandent son non-remboursementPlus

Dans un rapport publié le 29 septembre, le Conseil scientifique des académies des sciences européennes (EASAC) tranche dans le vif, en concluant à "l'absence de preuve solide et reproductible de l'efficacité" de tels traitements. De leur côté, les pro-homéopathie soutiennent que la "mémoire" de la substance originale subsiste malgré tout, et son efficacité avec.

Les produits homéopathiques sont utilisés dans toute l' Europe par un grand nombre de personnes et pour un large éventail de maladies que ces produits sont supposés soigner.

Dans ce rapport, l'Easac, qui regroupe les académies scientifiques nationales des États-membres de l'Union européenne, ainsi que la Norvège et la Suisse, explique que l'efficacité de l'homéopathie n'a pas été prouvée, même s'il existe un effet placebo inhérent à cette pratique. Un rapport dans lequel les auteurs dénoncent l'inefficacité de ces produits: " En dépit de la popularité de ces produits dans certains pays, les scientifiques se demandent s'ils sont utiles ou nocifs ", notent les auteurs.

Or, selon leur communiqué publié vendredi dernier, l'analyse des données disponibles montre que chaque fois que l'homéopathie est jugée efficace, cette efficience " peut s'expliquer par l'effet placebo, une mauvaise conception de l'étude, des variations aléatoires, une régression des résultats vers la moyenne ou un biais de publication ". Pour les académiciens, les revendications scientifiques de l'homéopathie ne sont tout simplement "pas plausibles et sont incompatibles avec les concepts établis de la chimie et de la physique".

Mais depuis plusieurs années, de nombreux rapports scientifiques se contredisent quant à l'efficacité de l'homéopathie.

- la réglementation de la publicité et de la commercialisation des produits et services homéopathiques doit veiller à les rendre précises et claires: les prétentio ns publicitaires relatives à leur efficacité et à leur sécurité ne devraient pas être autorisées sans preuve démontrable et reproductible. Pour l'EASAC, les systèmes de santé ne devraient pas offrir le remboursement de ces produits, "à moins que démonstration n'ait été faite, par des tests rigoureux, qu'ils étaient efficaces et sans danger".

L'EASAC alerte par ailleurs sur le fait que l'homéopathie peut avoir des conséquences nocives pour le patient, en retardant la consultation d'un médecin ou en le dissuadant de rechercher les soins médicaux appropriés, qui sont basés sur des preuves scientifiques. Un constat qui les conduit à s'interroger sur les praticiens qui " prescrivent ou recommandent des produits qu'ils savent biologiquement inefficaces ". Enfin, les préparations homéopathiques posent également, en raison du manque de contrôle de leur production, des problèmes potentiels de sécurité. Cela implique que l'étiquetage actuellement autorisé de manière exceptionnelle pour les produits homéopathiques soit remplacé par une description simple des ingrédients et de leurs quantités présentes dans la formulation.

Mais mieux vaut bien se renseigner auprès d'un professionnel de santé avant toute utilisation: en novembre dernier, l'ANSM* a tenu à rappeler que les médicaments homéopathiques ne peuvent pas se substituer aux vaccins contre la grippe. En France, les médicaments homéopathiques à nom commun peuvent être remboursés par l'Assurance maladie au taux de 30%.

Recommande: