Pourquoi "mamie jihad" encourt jusqu'à dix ans de prison

06 Octobre, 2017, 16:27 | Auteur: Phil Beauvilliers
  • Ouest France  Béatrice Le Grand

Alors qu'elle voulait vivre définitivement en Syrie, Christine Rivière a été arrêtée en juillet 2014 après ses trois précédents séjours.

Mère de deux garçons, ancienne ouvrière et gardienne d'immeuble, Christine Rivière, 51 ans comparaît jeudi et vendredi devant le tribunal correctionnel de Paris. Dans une dernière justification, elle déclare: "tout ce que j'ai fait, c'était par rapport à mon fils". Son fils Tyler a été arrêté en Turquie et extradé en juillet 2015 vers la France. Mais tout ce qu'elle a fait c'était par amour pour son plus jeune fils.

"C'est normal " Même si elle a contesté avoir apporté un soutien à l'organisation terroriste ou avoir elle-même combattu en Syrie, des photos d'elle en armes ont été retrouvées par les enquêteurs. En revanche, elle partage l'engagement religieux radical de son fils.

La question est simple: Mamie Djihad a-t-elle fait sienne l'idéologie de Daech uniquement par amour pour son fils?

Entretemps, convertie par Tyler dont elle finance les activités, elle se soumet à toutes les règles édictées par l'Etat islamique, participe à la propagande du groupe sur les réseaux sociaux. Tyler, lui, est revenu vivant de Syrie. Selon la justice française, sur le millier de Français partis en zone jihadiste irako-syrienne, environ 300 y sont morts et 700 adultes (dont 300 femmes) s'y trouvaient encore en juin, avec quelque 400 enfants.

"Vous avez à juger une mère qui a formé un couple symbiotique avec son fils et qu'elle a encouragé à tous les excès", a dit le procureur, pour qui le combattant jihadiste a toujours vécu sous la coupe de Christine Rivière. Jugée pour "association de malfaiteurs terroriste", elle encourt jusqu'à dix ans de prison.

Recommande: