" "Vicieux", "boulet", branleur"... Quand Leroy-Merlin fiche ses intérimaires

08 Octobre, 2017, 20:01 | Auteur: Nathanaël Gerin
  • Leroy Merlin a affirmé avoir commandité une enquête interne

"Branleur", "beurk", "feignasse", "boulet", "mou du genou", peut-on ainsi lire, accolés au nom des salariés.

L'entrée d'un magasin Leroy Merlin, à Paris (Illustration). C'est par ces qualificatifs peu élogieux que des responsables de la plateforme logistique d'un Leroy Merlin, situé à Valence dans la Drôme, qualifient des intérimaires de l'enseigne.

La CGT, dénonçant ce qui s'apparente à un fichier illégal, a menacé de porter plainte. "On a décidé d'interpeller la direction sur ces propos, qui a joué l'étonnement", explique, à la chaîne, un syndicaliste.

Le fichier aurait été découvert par hasard sur le réseau interne de l'enseigne de bricolage: selon France 3, il se trouvait dans un sous-dossier, dans une partie non vérouillée de l'intranet. Le groupe Leroy Merlin a assuré avoir commandité une enquête interne pour connaître l'origine de ce fichage, ajoute France 3. La direction du groupe a rapidement fait part de sa réprobation et a condamné "fermement cette pratique inacceptable". "Comme dit plus haut (et précisé dans nos réactions), une enquête interne est en cours", insiste Leroy-Merlin dans une série de tweets.

Un climat social tenduPour la CGT, ces éléments interviennent dans un contexte chargé: fin 2016, un conflit social avait éclaté avec blocage du site pour demander un égalité salariale entre magasin et plateforme, dénoncer la surcharge de travail et des problèmes liés au management.

Recommande: