Wauquiez prend ses distances avec Sens commun à propos du FN — France

11 Octobre, 2017, 12:50 | Auteur: Phil Beauvilliers
  • Le président de Sens Commun tend la main à Marion Maréchal-Le Pen

Après Nicolas Sarkozy, qui avait dû en 2016 s'éloigner du mouvement traditionnaliste au sujet du "mariage pour tous", au prix d'un rétropédalage, puis François Fillon, qui avait regretté après coup la trop grande place qu'il lui avait accordé dans sa campagne, c'est au tour de Laurent Wauquiez de ramer, en pleine campagne pour la présidence des Républicains. Le candidat à la présidence LR réagissait aux déclarations du président de Sens Commun, Christophe Billan, prêt à une "plateforme" politique avec l'ex-députée FN Marion Maréchal-Le Pen.

Laurent Wauquiez, président d'Auvergne-Rhône-Alpes, a également qualifié mercredi de "victime expiatoire" le préfet de sa région, Henri-Michel Comet, écarté après avoir remis en liberté l'auteur du double assassinat perpétré à Marseille le 1er octobre. "Il n'y a aucune alliance avec des élus du Front national et tous ceux qui ne partagent pas cette ligne ne feront pas partie de mon équipe", a réaffirmé M. Wauquiez sur RTL. Et il ne cache pas son intérêt pour Marion Maréchal-Le Pen.

Christophe Billan veut toutefois modérer cet appel du pied à l'extrême droite, semblant voir en la nièce de Jean-Marie Le Pen, en retrait depuis peu de la vie politique, une sorte de palier entre Les Républicains et le FN. "Un communiqué hier soir a été fait pour le rectifier", a poursuivi le vice-président du parti.

Non! Sens Commun ne tend pas la main au Front National.

Le leader de Sens commun rappelle néanmoins dans son interview: "Nous avons parlé avec Marion Maréchal-Le Pen et nous l'avons assumé".

"J'observe que depuis que j'ai vingt ans une famille forte en gueule n'a pas réussi à dépasser le stade de l'agitation pour atteindre quelque chose de clair".

"Mais nous participerons avec bonheur à l'élaboration d'une plate-forme réunissant toutes les bonnes volontés d'une droite véritable", dit-il, affirmant pour l'instant rester à LR car "nous avons réussi à infuser nos idées, à peser durant la présidentielle", et présentant Sens Commun comme "un acteur majeur" du parti de droite. Après les propos qu'ils ont tenus, je considère qu'il faut clairement que Sens Commun clarifie ses positions. "Nous l'aiderons à être candidat et à obtenir des parrainages, contrairement (au juppéiste) Maël de Calan, jeune mais déjà vieux", dit encore Christophe Billan.

Recommande: