Afrique subsaharienne : une croissance de 2,4 % en 2017 (Banque mondiale)

12 Octobre, 2017, 20:55 | Auteur: Nathanaël Gerin
  • La croissance de l'Afrique subsaharienne projetée à 2, 4 % en 2017 (BM)

"Malgré la faiblesse des cours mondiaux de pétrole, la croissance économique algérienne est bien partie en 2017", relève la BM dans son bulletin d'informations économique de la région Mena (Middle Est and Noth Africa), publié à Washington à la veille de ses assemblées annuelles. A terme, indique le rapport, l'Afrique subsaharienne devrait bénéficier d'une reprise modérée de l'activité économique, avec une projection de croissance estimée à 3,2% en 2018 et 3,5% en 2019.

Après quelques mois de faibles performances, l'Afrique du Sud et le Nigeria ont renoué au deuxième trimestre de l'année en cours avec la croissance influant ainsi sur celle de la région. Dans les économies les moins tributaires des matières premières, comme l'Éthiopie et le Sénégal, la croissance est restée globalement stable, soutenue par les investissements dans les infrastructures et une meilleure productivité agricole, note le rapport.

La Banque mondiale souligne que "la région connait une reprise à plusieurs vitesses". À l'approche de ces rencontres, Makhtar Diop, vice-président de la Banque mondiale, revient sur les performances économiques du continent, les ajustements nécessaires des économies africaines à la baisse des cours de matières premières et le rôle de la France en Afrique. Malgré des perspectives positives, le rapport met en garde contre "la mollesse persistante de cette embellie, insuffisante pour accroître le revenu par habitant en 2017 ". La stabilité des taux de change et la hausse de la production vivrière ayant atténué la flambée des prix des produits alimentaires, renseigne le rapport qui ajoute que les mesures d'ajustement budgétaire n'ont pas permis de réduire les déficits.

La baisse des cours des matières premières a une incidence importante sur la croissance globale du continent qui a été de 1,3 % l'année dernière après une décennie autour de 5 %, et sera d'environ 2,4 % cette année. "L'essor économique des pays de l'Union économique et monétaire ouest-africaine (Uemoa) devrait, en revanche, s'accélérer, porté par de solides investissements publics, surtout en Côte d'Ivoire et au Sénégal". Par ailleurs, la Banque Mondiale demande aux pays africains de redoubler d'efforts pour remédier à l'insuffisance des recettes et contenir les dépenses afin d'atteindre l'équilibre budgétaire. Les perspectives économiques s'annoncent difficiles cependant: "inferieure au rythme de l'expansion démographique, cette croissance modérée ne suffira pas pour faire reculer la pauvreté dans la région".

Recommande: