"Cergy-Pontoise : "ouverture d'un centre de " pré-accueil " pour migrants

12 Octobre, 2017, 22:10 | Auteur: Phil Beauvilliers
  • Val-d'Oise: mobilisation générale pour sauver un héron au bec coincé dans un élastique

"Cinquante personnes sont arrivées ce matin" à l'ancienne patinoire de Cergy-Pontoise (Val d'Oise), transformée en centre d'accueil d'une "capacité maximale de 200 personnes", a indiqué le préfet du Val d'Oise, Jean-Yves Latournerie. Conformément à la volonté présidentielle de ne plus voir de migrants dans la rue d'ici à la fin de l'année, mais aussi à celle du ministre de l'intérieur de rendre l'éloignement " plus efficace ". "Ils devraient y passer " une dizaine de jours " et y bénéficier d'un " bilan social, sanitaire et administratif ". C'est pourquoi un nouveau lieu consacré au "préaccueil" des réfugiés a été inauguré à Cergy-Pontoise (Île-de-France), jeudi 12 octobre. La Croix-Rouge a disposé des tables pour l'accueil. Parallèlement, l'instruction des demandes d'asile sera lancée par la préfecture, en collaboration avec l'Office français d'immigration et d'intégration (Ofii). Ces centres pourront être " sur tout le territoire national ". Les " dublinés ", c'est-à-dire les migrants déjà enregistrés dans un autre pays européen, " resteront en Ile-de-France", selon le responsable de l'Ofii du Val d'Oise, Pascal Mertz, bien qu'ils soient normalement obligés de " repartir rapidement vers le pays où ils ont déposé leur demande d'asile ". Le gouvernement a plusieurs fois indiqué son intention d'expulser plus de dublinés vers le pays dont ils dépendent. "La nouveauté est que l'on intègre les deux démarches: la mise à l'abri et le traitement de la situation administrative", a souligné Yves Latournerie. Un double processus dénoncé par certaines associations pro-migrants qui qualifie la structure de " centre de tri ". Un autre centre doit ouvrir à Paris d'ici quelques semaines, et "sans doute" un troisième en Ile-de-France "d'ici la fin de l'année", selon M. Latournerie.

"Vous pouvez l'appeler comme cela mais ce n'est pas le bon terme", a assuré M. Latournerie.

Recommande: