Drapeau européen : discorde autour de la bannière étoilée

13 Octobre, 2017, 13:08 | Auteur: Phil Beauvilliers
  • Le plan de Macron pour garder le drapeau européen à l'Assemblée

"Au moment où certains ont des débats où on se rétrécit et voudraient enlever le drapeau européen, je veux vous dire que lors du prochain sommet européen j'affirmerai officiellement que la France reconnaît le statut de l'hymne européen et du drapeau européen", a-t-il déclaré. Selon eux, "seuls peuvent être présents dans l'hémicycle le drapeau tricolore de la République française, au titre de l'article 2 de la Constitution, et le drapeau de l'Organisation des Nations unies, symbole de l'engagement international de la France pour le multilatéralisme et la paix".

Depuis quelques jours, les députés de La France Insoumise réclament la suppression du drapeau européen à l'intérieur de l'hémicycle du Palais Bourbon. Après la volonté de Jean-Luc Mélenchon de le voir retiré de l'Assemblée nationale et la réponse d'Emmanuel Macron qui compte le reconnaître pour empêcher qu'il soit enlevé, les parlementaires de La France insoumise ont demandé mercredi le retrait du drapeau européen de l'hémicycle et son remplacement par celui de l'ONU.

Emmanuel Macron a dit mardi à Francfort qu'il allait annoncer lors du prochain Conseil européen, la semaine prochaine, que la France reconnaîtra le drapeau européen. Seuls 16 des 28 pays de l'UE ont pour l'heure reconnu officiellement le drapeau et l'hymne européens en signant une déclaration commune - la 52e - annexée au traité de Lisbonne. S'en est suivi l'amendement débattu et rejeté hier, confirmant un précédent rejet "la semaine dernière en commission" [L'Obs]. "Il n'est pas le sien et la France a voté contre son adoption sans ambiguïté", a-t-il écrit dans un communiqué en référence à la ressemblance entre le drapeau aux 12 étoiles et des représentations de la Vierge Marie. La déclaration annexe au traité de Lisbonne, par laquelle seize États ont proclamé cet emblème, ne peut être signée par vous sans vote ni accord du Parlement français. En effet, L'Express explique que Arsène Heitz, peintre à l'origine du drapeau, "assurait avant sa mort s'être inspiré d'une médaille miraculeuse à l'effigie de la Sainte Vierge, 'pour faire plaisir' à sa mère".

Les réactions à la proposition d'Emmanuel Macron ont été immédiates, à l'image de celle de Jean-Luc Mélenchon.

Recommande: