Quatre entreprises françaises seraient concernées par les falsifications de Kobe Steel

13 Octobre, 2017, 18:06 | Auteur: Nathanaël Gerin
  • Kobe Steel / Nouveau Scandal dans le monde de l'automobile

Ainsi des cadres et employés de quatre sites de production Kobe Steel auraient trafiqué leurs données sur plusieurs caractéristiques. "Nous avons communiqué avec nos clients et discuté des moyens de s'assurer de la sécurité" des produits touchés, a expliqué ce vendredi Yoshihiko Katsukawa, un des dirigeants de la firme. Des investigations ont déjà été menées sur une centaine d'entreprises clientes de Kobe Steel, a déclaré son PDG Hiroya Kawasaki jeudi. Une manière d'enjoliver les produits Tous les groupes concernés ont été invités par le ministère des Transports à procéder rapidement à des vérifications, notamment pour voir si des rappels s'avèrent nécessaires.

"Nous n'essayions pas de les dissimuler", a-t-il assuré, au sujet des falsifications.

La direction de Kobe Steel était ainsi au courant depuis longtemps de mauvaises pratiques, du moins pour certains produits, mais avait fait le choix de ne pas les révéler au grand public à l'époque.

Six constructeurs d'automobiles japonais ont été destinataires de produits en aluminium ou cuivre dont le sidérurgiste nippon Kobe Steel a reconnu avoir falsifié les caractéristiques techniques, a affirmé mercredi le quotidien japonais Nikkei, cité par l'AFP. "Néanmoins, les examens se poursuivent", a indiqué un porte-parole.

L'affaire Kobe Steel a éclaté au grand jour le week-end dernier, portant d'abord sur des données techniques truquées sur certains produits en aluminium et cuivre.

Ces informations au compte-goutte ont eu un impact dévastateur sur le titre du groupe à la Bourse de Tokyo, lequel a fondu de plus de 40 % en une semaine, finissant vendredi sur un nouveau plongeon de près de 9 % à 805 yens.

Recommande: