L'onde de choc aux Etats-Unis — Affaire Weinstein

16 Octobre, 2017, 14:02 | Auteur: Gerard Affre
  • Un an et demi avant l’affaire Weinstein Ronan Farrow dénonçait déjà l’omertà rongeant la belle famille du cinéma

"Personne ne s'est confié à moi, ou m'a raconté sérieusement une de ces histoires horribles". Mais ce ne sont pas les rumeurs qui manquent. "Certaines s'avèrent être vraies et certaines - beaucoup - sont justes des histoires sur telle actrice ou tel acteur", a-t-il expliqué.

Le réalisateur juge le scandale impliquant le producteur "tragique pour les pauvres femmes qui sont impliquées", mais il met en garde contre toute tentation de "chasse aux sorcières". "Toute l'affaire Harvey Weinstein est très triste pour tout le monde", a estimé le réalisateur américain dans une interview à la BBC. "Il n'y a pas de gagnants là-dedans, c'est juste très, très triste et tragique pour ces pauvres femmes qui ont dû traverser tout ça". "Il ne faudrait pas non plus que cela vire à la chasse aux sorcières, où tous les hommes au bureau ne peuvent même plus faire un clin d'œil à une femme sans qu'elle n'ait à appeler son avocat". D'une part, le réalisateur a lui aussi fait face à des accusations d'agressions sexuelles sur sa fille Dylan Farrow dans les années 90, alors que la fillette n'était âgée que de sept ans.

L'article publié par le New Yorker, qui réunissait 13 témoignages de victimes de Harvey Weinstein, était signé Ronan Farrow, le propre fils de Woody Allen et Mia Farrow.

"Mais il est vrai qu'on souhaite que quelque chose comme ça puisse être transformé en quelque chose de bénéfique pour les gens, plutôt que d'être uniquement une situation triste ou tragique", a encore souligné le réalisateur. Il avait démenti les allégations et avait poursuivi la comédienne pour obtenir la garde de ses trois enfants. Mais Dylan Farrow a réitéré ses accusations dans une lettre au New York Times plusieurs années plus tard, en 2015.

Recommande: