Le logo Nutri-score arrive sur les emballages — Agro-alimentaire

31 Octobre, 2017, 19:54 | Auteur: Djeferson Maurice
  • Agnès Buzyn a défendu le Nutri-score comme un outil juste compréhensible par tous et permettant de lutter contre les inégalités sociales

" Nutri-score a fait l'objet d'une concertation avec tous les acteurs économiques ainsi que d'une évaluation dans des conditions réelles d'achat (60 magasins fin 2016) en même temps que les trois autres dispositifs d'étiquetage nutritionnel existants".

Cette décision a été prise pour renforcer l'information des consommateurs sur la qualité des produits alimentaires.

Ce 31 octobre, l'arrêté concernant le dispositif d'étiquetage Nutri-score a été signé par Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé, Stéphane Travert, ministre de l'Agriculture et de l'Alimentation ainsi que Benjamin Griveaux, secrétaire d'état auprès du ministre de l'Economie et des Finances. C'est un repère graphique qui synthétise en 5 classes le score nutritionnel des aliments; sur une échelle de 5 couleurs (du vert foncé au orange foncé), associées à des lettres allant de A ("meilleure qualité nutritionnelle ") à E ("moins bonne qualité nutritionnelle), Nutri-score fournit au consommateur une information lisible et compréhensible sur la qualité nutritionnelle globale des produits, au moment où il fait ses courses". Pour se voir attribuer une note, le Nutri-score prend en compte les nutriments bons pour la santé (protéines, fibres) et ceux qui ne le sont pas (sel, sucre, gras) dans 100g de produit. Le consommateur peut donc plus facilement comparer les produits au sein d'un même rayon et orienter ses choix vers des aliments de meilleure qualité nutritionnelle. En sont notamment exempts les produits non transformés qui comprennent un seul ingrédient ou une seule catégorie d'ingrédients (fruits ou légumes frais, viandes crues découpées, miel...). Les produits alimentaires pour les enfants de 0 à 3 ans sont, eux, incompatibles avec le Nutri-score.

Ainsi que l'impose la réglementation européenne, l'application du système d'information nutritionnelle est facultative et repose sur le volontariat des entreprises de l'agroalimentaire et des distributeurs.

En informant les consommateurs sur les aliments néfastes pour leur santé, ce dispositif Nutri-score " constitue un outil précieux de prévention ". Cependant, en mars dernier, Pepsico, Coca-Cola, Mars, Mondelèz, Unilever et Nestlé ont déclaré vouloir mettre au point leur propre logo nutritionnel.

"L'émulation naturelle entre les marques aboutira à ce que ce logo soit promu et choisi par les industriels", assure Mme Buzyn estimant qu'il existe également un "vecteur de pression par le consommateur".

Recommande: