Mali : 11 soldats tués par un raid de l'armée française !

07 Novembre, 2017, 21:54 | Auteur: Phil Beauvilliers
  • Bamako confirme la mort de soldats captifs des jihadistes

Selon le communiqué du ministère malien, au cours de la rencontre du 31 octobre les responsables français avaient déjà expliqué que l'opération "visait à détruire un camp d'entraînement d'un groupe terroriste" et que les reconnaissances menées en amont n'avaient "pas permis de déceler la présence de militaires maliens".

"Nous avons assez d'éléments pour dire que dans la nuit du 23 au 24 octobre, après un raid anti-terroriste, nos militaires ont été tués".

Après cet incident, l'Etat-major des armées françaises avait indiqué "qu'un groupe armé terroriste affilié à Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) a été mis hors de combat et quinze jihadistes tués par l'armée française dans le nord du Mali". A la suite de l'attaque de la base de Nampala le 19 juillet 2016, dont le bilan officiel s'établit à 17 morts, 37 blessés et six disparus parmi les soldats, un groupe jihadiste avait diffusé une vidéo montrant des militaires maliens captifs.

Militaires français membres de l'opération Barkhane.

Des photos des corps ont permis de recouper les informations et d'identifier leurs identités "sans risque de se tromper", a ajouté la même source.

Plusieurs journaux et sites d'informations du Mali ont, cette semaine, rapporté que les autorités françaises ont reconnu une "bavure" devant des autorités maliennes, notamment le ministre de la Défense.

Les soldats maliens tués étaient détenus par le "Groupe de soutien à l'islam et aux musulmans", organisation jihadiste née de la fusion de plusieurs groupes du Sahel et dirigée par le Touareg malien Iyad Ag Ghaly.

Cependant, aucune information officielle n'a été donnée dans ce sens; un responsable de l'opération Barkhane confirmait uniquement la destruction d'un camp jihadistes par l'armée française dans le nord du pays.

Recommande: