L'Arabie saoudite hausse le ton à l'égard de l'Iran

09 Novembre, 2017, 12:26 | Auteur: Djeferson Maurice
  • Mohammad bin Salman Al Saud

Le missile balistique lancé samedi depuis le Yémen vers le nord-est de Riyad avait été neutralisé par le système de défense aérienne saoudien. L'Arabie accuse les rebelles yéménites d'être soutenus par l'Iran, son grand rival chiite.

M. Ghassemi estime que le tir de missile contre l'aéroport international de Riyad samedi est une réaction des houthistes " aux crimes de guerre et à plusieurs années d'agression des Saoudiens ". Le chef de la diplomatie saoudienne, Adel Al-Joubeir, a également prévenu Téhéran: " Les ingérences iraniennes dans la région nuisent à la sécurité des pays voisins (...).

Son homologue iranien, Mohammad Javad Zarif, lui a répondu sur Twitter: "L'Arabie saoudite bombarde le Yémen et le réduit en mille morceaux, tuant des milliers d'innocents, dont des bébés, propageant le choléra et la famine, mais rejette bien entendu la faute sur l'Iran". "Nous ne tolèrerons aucune atteinte à notre sécurité nationale". Et elle a prévenu l'Iran quelle se réservait le droit de répondre " de manière appropriée et au moment opportun ". "Il risque de provoquer une nouvelle escalade des hostilités, l'augmentation du nombre de victimes civiles et l'aggravation de la situation humanitaire au Yémen en général", indique le communiqué.

Pour Ryad, il ne fait guère de doute que les Houthis, qui contrôlent aussi une bonne partie du nord et de l'ouest du Yémen, bénéficient de livraisons d'armes de l'Iran et de l'assistance d'experts iraniens en balistique, qui leur permet d'allonger la portée de leurs missiles. Dimanche, le Président américain Donald Trump a déclaré que, selon lui, il s'agissait d'une attaque contre le royaume saoudien ourdie par l'Iran.

L'intervention au Yémen est motivée, selon des analystes, par la volonté de Ryad d'empêcher les Houthis de devenir "un autre Hezbollah" à sa frontière sud.

En début de semaine, l'Iran a rejeté toutes les lourdes accusations de l'Arabie saoudite. Les rebelles ont, de leur côté, menacé de faire de toutes les infrastructures importantes saoudiennes des cibles potentielles, exacerbant les tensions entre les deux puissances régionales, l'Arabie saoudite sunnite et l'Iran chiite.

Recommande: