L'armée syrienne annonce la chute du dernier bastion de l'EI

09 Novembre, 2017, 16:51 | Auteur: Phil Beauvilliers
  • L'armée syrienne encercle la dernière ville aux mains de l'EI

L'armée pro-régime a annoncé jeudi avoir repris le contrôle total de la ville.

Le groupe djihadiste, après une montée en puissance spectaculaire en 2014, a été la cible de multiples offensives menées durant l'année écoulée par différentes forces qui ont réussi avec l'appui russe ou américain à le déloger des secteurs occupés. Cependant, depuis la chute au début du mois de la capitale provinciale, Boukamal faisait figure de dernier centre urbain aux mains de l'État islamique (EI) en Syrie. "Les unités de nos forces armées, en coopération avec les forces supplétives et alliées, ont libéré la ville de Boukamal", située dans l'est de la Syrie, selon un communiqué de l'armée repris par les médias officiels.

Soutenues ces dernières semaines par des raids intenses de l'aviation militaire russe, les troupes du régime syrien de Bachar al-Assad et ses alliés avaient progressé ces derniers jours rapidement vers la ville avant de l'encercler mercredi et de la prendre d'assaut. Mais les jihadistes sont présents dans de vastes régions désertiques entre les deux pays, où ils ont stocké vivres, armes, et munitions, en prévision d'une guerre de harcèlement.

Selon l'OSDH, des miliciens irakiens et des Gardiens de la révolution iranienne ont aussi participé à cette offensive éclair contre Boukamal.

Du côté irakien de la frontière, l'EI est également poussé dans ses derniers retranchements; elle a été récemment chassée du poste-frontière d'Al-Qaïm, proche de Boukamal.

Dans la province de Deir Ezzor, l'EI est non seulement attaquée par l'armée syrienne et ses supplétifs, mais aussi par des combattants kurdes et arabes appuyés par les États-Unis. À présent, l'organisation terroriste ne contrôle plus que quelques villages et petites localités dans la province de Deir ez-Zor, selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH). Ils sont du côté est du fleuve Euphrate qui divise la province mais ont conquis des zones moindres que l'armée. Des dizaines de milliers de personnes ont été déplacées par les combats dans la province, nombre d'entre eux vivant dans des conditions difficiles dans des camps installés dans le désert.

Avec la perte de Boukamal, Daech ne contrôle plus de territoires importants en Irak et en Syrie.

Recommande: