L'association Anticor dépose plainte à Paris pour relancer l'enquête — Affaire Ferrand

09 Novembre, 2017, 19:39 | Auteur: Phil Beauvilliers
  • Affaire Ferrand: l’association Anticor dépose plainte et relance l’enquête

En octobre dernier, le parquet de Brest avait classé sans suite l'enquête.

L'association anticorruption Anticor a déposé plainte mercredi à Paris pour relancer l'enquête qui visait le député LREM Richard Ferrand, près d'un mois après la décision de classement sans suite du parquet de Brest, a indiqué jeudi 9 novembre l'avocat de l'association. La plainte a été déposée auprès du doyen des juges d'instruction du pôle financier de Paris. Elle porte sur des faits présumés de "prise illégale d'intérêts" et recel et complicité de ce délit.

Le Front républicain d'intervention contre la corruption (FRICC) avait déjà réagi, quelques jours après le classement sans suite de l'affaire le 13 octobre, en appelant les "mutualistes des Mutuelles de Bretagne victimes d'un préjudice afin qu'ils se joignent" à une plainte. Dans un des volets de l'affaire, un possible délit de prise illégale d'intérêts, le procureur de Brest Jean-Philippe Récappé reconnaissait que le parquet "aurait pu envisager l'ouverture d'une information judiciaire".

Pour le magistrat, " la prescription, qui était alors de trois ans, était donc acquise le 19 juin 2015 ". Devenu chef du groupe La République en marche à l'Assemblée nationale après avoir dû quitter son poste de ministre de la Cohésion des territoires, il s'était félicité de la décision du parquet de Brest, estimant avoir été "lavé de tout soupçon". Un bien acquis pour un prix de 375.000 euros, "financé" par les loyers versés par les Mutuelles de Bretagne, selon la plainte d'Anticor dont a eu connaissance l'AFP.

Il s'agissait alors de faire la lumière sur un montage immobilier réalisé en 2011 par les Mutuelles de Bretagne, à une époque où celles-ci étaient dirigées par Richard Ferrand. L'enquête préliminaire montre bien "que Richard Ferrand a caché ses liens avec la propriétaire du local", a expliqué Jean-Christophe Picard.

Recommande: