Les gaffes diplomatiques de ses ministres affaiblissent encore Theresa May

09 Novembre, 2017, 20:12 | Auteur: Phil Beauvilliers
  • La ministre britannique Priti Patel

Les rencontres entre Priti Patel et des responsables israéliens ont eu lieu lors de vacances de la ministre et constituent des infractions au protocole diplomatique car cette dernière a empiété sur un domaine qui ne relevait pas de sa compétence.

Selon le député travailliste Pat McFadden, il règne au sein du gouvernement britannique une " odeur de mort " et la possibilité d'une éviction de Pitri Patel, fervente partisane du Brexit, compliquerait encore un peu plus la tâche de Theresa May.

Rien ne va plus au 10 Downing street. "Mais cela doit être fait de manière formelle, à travers les canaux officiels", lui a écrit en retour Theresa May, encore davantage fragilisée par ce nouvel épisode.

Le journal israélien Haaretz indique pour sa part que Priti Patel s'est rendue dans un hôpital de campagne des forces armées israéliennes sur le plateau du Golan.

Des patients syriens, qui ont été blessés dans les violences en cours en Syrie, sont soignés au Galilee Medical Center de Nahariya, dans le nord d'Israël, le 26 octobre 2017.

La secrétaire d'Etat britannique au Développement international Priti Patel a démissionné mercredi soir après avoir rencontré des personnalités politiques israéliennes sans en informer son gouvernement, deuxième responsable à quitter le cabinet en une semaine, a annoncé Downing street.

Selon le quotidien The Sun, la ministre aurait également omis de signaler des rencontres avec le directeur général du ministère israélien des Affaires étrangères, Yuval Rotem, à New York, et avec le ministre israélien de la Sécurité publique, Gilad Erdan, à Londres.

" C'est scandaleux et on peut se demander combien d'autres cas, et pas seulement en Grande-Bretagne, n'ont pas été portés à la connaissance du public", avait commenté plus tôt dans la journée la dirigeante palestinienne Hanane Achraoui jointe par l'AFP à Jerusalem. Engagée dans des négociations cruciales avec Bruxelles sur la sortie de l'Union européenne, Theresa May peine à tenir ses troupes.

Mardi, Boris Johnson, ministre des Affaires étrangères, s'est vu enjoindre de présenter des excuses, après des propos malencontreux concernant une employée humanitaire emprisonnée en Iran.

Recommande: