Paris Match publie des photos du procès — Procès Merah

09 Novembre, 2017, 19:04 | Auteur: Phil Beauvilliers
  • Dans une interview Me Éric Dupond Moretti s'en est pris sans ménagement à Jean Luc Moudenc qui avait considéré que les accusés ont été jugés a minima

La loi du 29 juillet 1881 sur la liberté de la presse dispose en effet que "dès l'ouverture de l'audience des juridictions administratives ou judiciaires, l'emploi de tout appareil permettant d'enregistrer, de fixer ou de transmettre la parole ou l'image est interdit". Il n'y a pas un journaliste qui s'est autorisé ça. La photo a été prise en toute illégalité lors du procès qui a vu l'homme condamné à 20 ans de réclusion criminelle pour association de malfaiteurs terroriste.

Pourtant, dans Paris Match, une photo - illégale, donc - de l'accusé a bien été publiée ce jeudi 9 novembre dans le magazine et sur son site internet.

L'Association de la presse judiciaire est d'ailleurs montée au créneau sur les réseaux sociaux, allant jusqu'à parler d'irresponsabilité.

Me Dupond-Moretti, que l'on apperçoit sur une des photos avec son associé Me Antoine Vey, ne décolère pas.

De nombreux journalistes craignent également que l'initiative de "Paris Match" ne mette en péril leurs conditions de travail dans les tribunaux. Elle "déplore" cette publication, en précisant que "le mot est faible".

Assailli de reproches, le magazine assume pleinement son choix.

La photographie, de mauvaise qualité et qu'aucun autre média n'a publié, s'apparente plus à une photo volée qu'à un cliché pris avec le consentement de tous. "Nous nous sommes retrouvés avec ce matériel et nous avons décidé de les publier pour leur portée historique", a-t-il souligné. Le ministère public a estimé dans un communiqué que la cour d'assises spéciale de Paris "n'avait pas tiré toutes les conséquences juridiques des faits qui lui étaient soumis", notamment pour avoir acquitté Abdelkader Merah de la "complicité d'assassinats". Serein, souriant, narquois, il défie et se moque de la justice républicaine, écrit-il. Ce jeudi, "Paris Match" publie dans ses colonnes des images inédites du procès d'Abdelkader Merah qui s'est terminé la semaine dernière. Je m'attends à être convoqué par la police sur demande du parquet et pressé de questions, de même que le directeur du journal. [.] Nous revendiquons de faire notre métier."Paris Match et Cohen-Grillet n'ont pas encore répondu aux sollicitations de L'Express".

Recommande: