Finalement, Trump croit la CIA — Ingérence de Moscou

14 Novembre, 2017, 03:46 | Auteur: Phil Beauvilliers
  • Le président américain Donald Trump et son homologue russe Vladimir Poutine

"Mais, que je le croie ou non.je suis avec nos agences", a insisté Donald Trump, faisant une distinction entre le renseignement américain "tel qu'il est dirigé maintenant, par des gens très bien", et les services ayant conclu en janvier 2017 à une ingérence russe, dont il avait traité la veille les anciens dirigeants, limogés depuis, de "vendus".

En réponse à une question de la chaîne, John Brennan a refusé de dire s'il avait connaissance d'informations suggérant que les Russes sont en possession d'informations compromettantes sur Donald Trump. Dimanche 12 novembre, c'est l'ancien directeur de la CIA John Brennan, qui a affirmé que Donald Trump " devrait avoir honte " de son attitude. Le Président américain avait accusé, samedi, Brennan d'être un "vendu", une accusation que l'ancien chef du service de renseignement extérieur a déclaré "considérer, vu la source des critiques, comme un honneur". "Il m'a dit qu'il ne s'était absolument pas mêlé de notre élection", a expliqué le Président américain après la brève rencontre avec son homologue russe à Danang, au Vietnam, en marge d'un forum régional. "Chaque fois qu'il me voit, il me dit 'je n'ai pas fait ça' et je le crois vraiment quand il me le dit", avait-il ajouté. "La menace posée par la Russie est manifeste et évidente: essayer de la peindre d'une autre façon est, je pense, stupéfiant et constitue, en fait, un péril pour ce pays", déclare-t-il.

Porte-parole a rappelé que le président de la Russie samedi, a déclaré que les accusations à l'adresse des responsables américains au sujet de leurs liens présumés avec la Russie n'ont aucun fondement. "Vous allez commencer à parler de la Syrie et de l'Ukraine", a-t-il ajouté.

Le président américain Donald Trump a tenté dimanche de clarifier sa position sur les allégations concernant l'ingérence de la Russie dans l'élection présidentielle américaine de l'année dernière.

"Ces accusations d'ingérence sont des " absurdités", a de son côté martelé le maître du Kremlin lors d'une conférence de presse".

Recommande: