L'entrevue de Trump et de Poutine

14 Novembre, 2017, 04:06 | Auteur: Phil Beauvilliers
  • Donald Trump à Danang au Vietnam le 10 novembre 2017

DANANG, Viêtnam - Les présidents russe et américain, Vladimir Poutine et Donald Trump, ont réaffirmé leur intention commune de défaire Daech, le groupe armé État islamique, en Syrie.

Les soupçons de collusion entre l'entourage de Donald Trump et le Kremlin et une série de contentieux entre les deux pays ont considérablement compliqué les relations entre les deux hommes.

Donald Trump a longuement mis en avant ce samedi les dénégations de Vladimir Poutine sur ces accusations, laissant entendre, après l'avoir rencontré au Vietnam, qu'il le pensait sincère.

"Il m'a dit qu'il ne s'était absolument pas mêlé [de notre élection]", a indiqué Donald Trump à bord d'Air Force One lors du trajet entre Da Nang et Hanoï.

Une chaleureuse poignée de main à Danang, au Vietnam, et des propos flatteurs pour raconter leurs échanges: Donald Trump et Vladimir Poutine se sont manifestement très bien entendus au forum de l'Asie-Pacifique. Ces accusations d'ingérence, selon lesquelles notamment une nièce du président russe aurait eu des contacts en 2016 avec George Papadopoulos, un ex-conseiller de campagne de Donald Trump, "ce sont des absurdités", a-t-il assuré. "Chaque fois qu'il me voit, il me dit 'je n'ai pas fait ça' et je le crois vraiment quand il me le dit", a ajouté le président américain.

L'occasion pour l'homme fort des Etats-Unis de revenir sur des dossiers sensibles comme le commerce, un domaine où il est loin de faire l'unanimité. Le commandement militaire russe a récemment les Etats-Unis de "faire seulement semblant " de combattre l'EI en Irak et de gêner la contre-offensive soutenue par la Russie dans l'est de la Syrie.

Selon des responsables du département d'Etat ayant requis l'anonymat, ce communiqué commun, qui est le fruit de "plusieurs mois de discussions intenses", a été finalisé en marge du sommet de l'Apec par les chefs des diplomaties américaine et russe, Rex Tillerson et Sergueï Lavrov.

Recommande: