Les autorités bancaires françaises déconseillent d'investir dans le bitcoin

05 Декабря, 2017, 13:05 | Auteur: Nathanaël Gerin
  • L'AMF dissuade les épargnants français d'investir en bitcoins

L'AMF rejoint les autorités financières marocaines dans leur position.

Premier rappel, c'est à tort que ces actifs sont qualifiés de "crypto-monnaies " ou monnaies "virtuelles ". Elles expliquent que ces "actifs" reposent sur un protocole informatique de transactions cryptées et décentralisées, appelé la "Blockchain ".

Le cours du bitcoin s'est encore envolé la semaine précédente et a battu des records en franchissant la barre des 11.000 dollars l'unité pour la première fois depuis son lancement début 2009, après avoir vu sa valeur multipliée par dix en moins d'un an, suscitant un intérêt des investisseurs mais aussi des craintes de bulle spéculative.

De manière générale, le gendarme de la Bourse invite les particuliers à vérifier que l'intermédiaire financier qui propose ou conseille des investissements financiers figure bien sur la liste des établissements financiers autorisés à exercer en France.

"L'achat/vente et l'investissement en bitcoins s'effectuent à ce jour en dehors de tout marché réglementé".

En investissant sur des bitcoins, les épargnants doivent garder à l'esprit qu'ils " s'exposent à des risques de perte très élevés en cas de correction à la baisse et ne bénéficient d'aucune garantie ni protection du capital investi ".

Aux yeux des autorités financières françaises, le Bitcoin et les autres "crypto " actifs ne peuvent pas non plus être qualifiés de monnaies ni être considérés comme des moyens de paiement au sens juridique du terme.

L'AMF et l'ACPR mettent en garde contre la volatilité des cours du Bitcoin.

Recommande: