Vers une pause humanitaire au Yemen ?

07 Декабря, 2017, 17:48 | Auteur: Phil Beauvilliers
  • Yémen: les rebelles houthis chassés d'une ville sur la mer Rouge

"Les personnels humanitaires sont bloqués sans possibilité de fournir des soins vitaux et un soutien essentiel aux populations dans le besoin", s'alarment-elles.

" Le Canada appuie l'appel à la trêve humanitaire lancé par les Nations Unies pour que les civils puissent quitter leur foyer afin d'aller chercher de l'aide et d'être protégés.", poursuit la cheffe de la diplomatie canadienne".

" Le Canada exhorte les rebelles Houthis et leurs partisans ainsi que le gouvernement Hadi et ses partenaires de la coalition à retourner à la table de négociations.", conclut la ministre.

Cinq ONG internationales ont réclamé mardi la "cessation immédiate des hostilités" au Yémen et un "accès total" aux civils piégés par les sanglants combats dans la capitale Sanaa, nouvelle escalade dans "la crise humanitaire la plus grave au monde".

" Au cours des derniers jours, Sanaa a connu les combats les plus violents depuis le début du conflit en mars 2015", a affirmé Robert Mardini, chef régional des opérations au sein du CICR, dans un entretien à l'AFP.

Par conséquent, le CICR était incapable d'acheminer des kits chirurgicaux aux hôpitaux confrontés à 'un afflux massif' de blessés. Cela démontre selon lui, 'qu'il n'y a malheureusement pas de fin en vue pour les souffrances du peuple yéménite'. 17 millions de personnes ont besoin d'aide alimentaire, dont sept millions risquent la famine. "Vingt millions de personnes, soit 70% de la population, ont besoin d'assistance humanitaire, c'est à dire de nourriture, eau, hygiène, soin de santé.", a ajouté M. Pont en rappelant que le pays avait également subi ces derniers mois "la plus grande épidémie de choléra" jamais observée depuis des décennies.

Pour M. Mardini, " les statistiques cachent toujours les tragédies personnelles mais aujourd'hui il n'y a pas un seul Yéménite qui n'ait pas souffert du conflit ". 'Le temps est venu pour arrêter la tragédie et prendre des mesures audacieuses'.

Sur le terrain, la coalition arabe dirigée par l'Arabie saoudite a intensifié mercredi matin ses frappes aériennes contre les combattants houthis au Yémen.

Ce blocus a été allégé ensuite partiellement, malgré de nombreux appels de l'ONU en ce sens.

La disparition à 75 ans d'Ali Abdallah Saleh, l'ancien homme fort du Yémen, tué lundi par des rebelles Houthis au sud de Sanaa, a ouvert un boulevard aux insurgés qui partageaient jusqu'ici le contrôle de la capitale avec lui, estiment des experts.

Recommande: