La Ligue arabe se dresse contre Trump — Jérusalem capitale d'Israël

11 Décembre, 2017, 20:12 | Auteur: Phil Beauvilliers
  • Les Etats arabes appellent les Etats-unis à annuler leur décision sur Al Qods

Les ministres des Affaires étrangères de la Ligue arabe ont appelé Washington à annuler sa décision de reconnaître El-Qods comme capitale d'Israël, dans une résolution rendue hier matin, après une réunion durant la nuit de samedi à dimanche au Caire.

Des milliers de personnes ont défilé du 06 décembre au 10 décembre dans plusieurs pays pour exprimer leur indignations, rejeté la déclaration de Trump et défendre haut et fort la cause palestinienne, dans un contexte assombri par la décision du président américain. Dans sa résolution finale, la Ligue arabe ne fait pas mention de sanction économique. La reconnaissance par Donald Trump d'El-Qods comme capitale de l'État hébreu aurait-elle ressoudé les rangs arabes?

Prenant part à cette réunion, le ministre marocain des Affaires étrangères et de la coopération internationale, Nasser Bourita, a déclaré que la campagne contre la décision du président Trump devrait être "un référentiel" en matière de solidarité et de soutien au peuple palestinien. Il est souligné dans la résolution adoptée que les États-Unis se sont retirés comme parrains et intermédiaires du processus de paix au Proche-Orient.

Les ministres arabes ont exhorté la communauté internationale à reconnaître un Etat palestinien indépendant comprenant les territoires occupés par Israël depuis la guerre des Six jours de 1967, avec Jérusalem-Est pour capitale.

La Corée du Nord a fustigé le président américain Donald Trump pour sa décision de reconnaître El Qods occupée comme capitale de l'entité israélienne, selon l'agence KCNA, condamnant avec énergie cette décision américaine sur El Qods.

Il a été appuyé par le ministre palestinien des Affaires étrangères.

Lors des discussions, le chef de la diplomatie libanaise, Gebran Bassil, a appelé le monde arabe à étudier la possibilité d'imposer des sanctions économiques aux Etats-Unis pour les empêcher de transférer leur ambassade en Israël de Tel Aviv à Jérusalem.

Reste à savoir maintenant si cette position d'unité, rarement constatée au sein de la Ligue arabe, durera le temps nécessaire pour renforcer la position des Palestiniens sur la scène internationale.

Recommande: