Lait contaminé: Leclerc a vendu des produits Lactalis suspects après le rappel

09 Janvier, 2018, 17:07 | Auteur: Nathanaël Gerin
  • Lait contaminé: Leclerc a vendu des produits Lactalis suspects après le rappel

Le groupe français de grande distribution E.Leclerc a avoué ce mardi 9 janvier avoir vendu des restes de produits Lactalis dans ses stocks alors que ceux-ci étaient concernés par le rappel du 21 décembre 2017. Lactalis avait en effet découvert un lien entre leurs laits et une possible contamination aux salmonelles. Au total, 1 345 lots ont été retirés de la vente.

Des produits potentiellement contaminés aux salmonelles ont été distribués après les mesures de rappel et de retrait prises par Bercy. Au total, 154 843 produits ont été retirés des rayons depuis le 21 décembre et 5 659 ramenés par les clients.

Bis repetita? Selon l'Institut Pasteur, la bactérie à l'origine de la contamination à la salmonelle de l'usine Lactalis de Craon (Mayenne) est probablement la même que celle qui a frappé le site de laits infantiles en 2005 et avait entraîné plusieurs rappels de produits.

Cela fait suite à l'identification d'un problème dans le magasin Leclerc de Seclin (Nord) après avoir effectué un "audit interne de vérification de la bonne application des mesures de retrait des produits de l'entreprise Lactalis".

Actuellement, l'enseigne a mis en place un audit des procédures afin d'identifier précisément les raisons de ce dysfonctionnement.

Le distributeur affirme également avoir identifié les consommateurs ayant acheté les produits. Un numéro vert 01.71.53.51.20 a été ouvert.

Pour rappel le 21 décembre 2017, le groupe de nutrition infantile a procédé au rappel de l'ensemble de ses produits pour enfants depuis février 2017. "Les infections à Salmonella agona surviennent dans les 3 jours suivant l'ingestion, et provoquent un tableau de gastro-entérite avec des vomissements, une diarrhée parfois sanglante et fébrile dans la majorité des cas" rappelle la direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRf) ainsi que la direction générale de la santé (DGS).

Recommande: