PSA vise 1.300 ruptures conventionnelles collectives et 1.300 CDI en 2018

09 Janvier, 2018, 15:52 | Auteur: Nathanaël Gerin
  • Les négociations débutent demain chez Pimkie. En général les plans de départs volontaires sont appréciés dans les entreprises

Le plan compte également des aménagements de fin de carrière qui concernerait 900 seniors.

A titre de comparaison, 1 170 congés seniors et 1 500 mobilités externes sécurisées ont été réalisés en 2017, ainsi que 1 200 recrutements CDI et 2 500 emplois jeunes, selon les chiffres communiqués aux syndicats mardi.

PSA est une des premières sociétés, avec notamment Pimkie, à vouloir mettre en œuvre les rupture conventionnelles collectives (RCC) désormais permises par la réforme du code du travail.

"Cette rupture conventionnelle collective, on l'a appris le 31 août au moment de la présentation des ordonnances".

"En contrepartie, l'entreprise promet " plus de 1 300 recrutements " en CDI dans sa division automobile (62 000 salariés fin 2016) et " au moins 2 000 emplois jeunes ", a précisé la direction de PSA dans un communiqué, vantant un solde " équilibré ".

Dans le détail, le groupe projette, selon les syndicats, 1 250 mobilités externes (congés de reclassement, création d'entreprise), 50 passeports de transition professionnelle et 900 congés seniors.

Sans compter les 1.300 embauches, la mouture 2018 de l'accord prévoit au total 2.200 suppressions de postes, soit moins que les 2.670 de l'année précédente.

Le secteur voit en effet l'essor rapide de l'hybride et de l'électrique aux dépens du diesel, et la multiplication des aides à la conduite et des systèmes connectés à bord des voitures.

La rupture conventionnelle collective, contre laquelle les centrales syndicales ont mis en garde à l'échelle nationale, permet quant à elle à une entreprise d'engager un plan de départs volontaires de manière simplifiée et sans à avoir à justifier de difficultés économiques. Echec et mat, donc, pour la direction qui, pour faire valider son projet, devait conclure un accord majoritaire avec les syndicats représentatifs avant d'obtenir le feu vert de l'Etat.

Recommande: