Vitesse limitée à 80 km/h

10 Janvier, 2018, 18:15 | Auteur: Phil Beauvilliers
  • 80 km  h sur route: quand le candidat Macron était pour… 70 km

Il y a enfin les tronçons dangereux; en général, ceux-ci sont parfaitement délimités, soit par la fréquence des accidents, soit par un peu d'observation élémentaire: ligne droite trompeuse, virage brutal ou mal planifié, accès nombreux et surprenants des autres plus petites routes, et, surtout, route surchargée, notamment par des poids lourds; dans ce cas, des limitations à 80 km/h, ou même, 60 km/h, sont parfaitement légitimes.

"Favorable" à "titre personnel", Édouard Philippe et le gouvernement doivent annoncer, ce mardi 9 janvier, l'entrée en vigueur de cette mesure. Le chef du gouvernement déclarait dans le journal: "Je sais que si nous annonçons cette mesure je serai critiqué". Mais je sais qu'elle va sauver des vies, et je veux sauver des vie.

Emmanuel Macron, lui, n'a pas toujours été en faveur de cette mesure.

Durant la campagne présidentielle, un groupe de scientifiques et de responsables associatifs avait en effet adressé un questionnaire à la plupart des candidats, pour connaître leurs positions sur des sujets de santé publique: tabac, alcool, surpoids, usages abusifs des médicaments et sécurité routière. Emmanuel Macron s'était "explicitement prononcé contre cette mesure", rappelle le quotidien, qui précise: "seuls deux candidats, Jean-Luc Mélenchon et Benoît Hamon, s'engagent à diminuer la vitesse limite sur le réseau secondaire".

"Je suis naturellement favorable, dès lors que les conditions de danger l'imposent, à abaisser la vitesse à 70, poursuivait Emmanuel Macron".

L'abaissement de 90 km/h à 80 km/h de la vitesse autorisée augmente la durée des trajets de 11%.

Le candidat d'En Marche n'en faisait pas moins de la sécurité routière une "priorité", promettant le "déploiement de nouveaux types de contrôles" ou regrettant que "l'entretien des routes ait trop souvent été une variable d'ajustement budgétaire". Sur ce point, on rappellera que selon la Cour des comptes, "plus de 50 % des recettes des amendes ne sont pas directement affectées à la mission" de sécurité routière.

Recommande: