Trois surveillants de prison poignardés par un détenu radicalisé — Pas-de-Calais

11 Janvier, 2018, 21:14 | Auteur: Phil Beauvilliers
  • Pas-de-Calais: un détenu islamiste blesse trois surveillants

L'enquête a été confiée à la sous-direction antiterroriste de la police judiciaire (SDAT) et à la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI).

Il profite d'une sortie pour se jeter sur les surveillants.

Selon les informations du Parisien, l'assaillant en question serait Christian Ganczarski.

Il était placé à l'isolement depuis ce week-end car il avait proféré des menaces ces derniers jours et affirmé qu'il ferait tout pour ne pas être extradé. " L'arme utilisée pourrait être une paire de ciseaux, un couteau de cantine ou une règle métallique aiguisée - bonjour la surveillance des terroristes!" "Dès que la porte s'est ouverte, le détenu a sauté sur les surveillants et crié 'Allah Akbar'".

"Il a tenté de toucher un surveillant à la carotide". L'un des surveillants a été hospitalisé pour des points de suture à la tête. Un autre a reçu "une griffe" au cou et un troisième se plaint d'une "ecchymose". Alors qu'il devait sortir de prison le 24 janvier prochain, il venait d'apprendre sa possible extradition vers les États-Unis. Le détenu, placé à l'isolement, faisait l'objet d'une procédure d'extradition vers les Etats-Unis.

Ce jeudi après-midi, un détenu considéré comme le cerveau des attentats de Djerba en 2002, s'en est pris à plusieurs surveillants dans une prison du Pas-de-Calais.

Christian Ganczarski, un Allemand converti à l'islam, a été condamné à 18 ans de réclusion criminelle pour sa participation en avril 2002 à l'attentat contre la synagogue de Djerba, en Tunisie. Il avait été jugé coupable de "complicité d'assassinat" et "d'association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste". Au sein de l'organisation djihadiste, il avait été en charge de de la maintenance et du cryptage des réseaux de communication d'Al-Qaïda. Incarcéré depuis 2003 en France, il avait été de nouveau condamné en appel en mai 2011 pour avoir brisé la mâchoire d'un codétenu.

Recommande: