Donald Trump ne veut pas d'immigrés venant de "pays de merde"

12 Janvier, 2018, 12:07 | Auteur: Phil Beauvilliers
  • Trump ne veut pas d'immigrants originaires «de pays de merde»

Lors d'une réunion à la Maison Blanche, le Président américain, Donald Trump s'est demandé "pourquoi voulons-nous que toutes ces personnes issues de pays de merde viennent ici?" En échange, l'accord permettrait d'éviter l'expulsion de milliers de jeunes, souvent arrivés enfants aux États-Unis.

Le sénateur républicain Lindsey O. Graham et le sénateur démocrate Richard J. Durbin ont proposé de réduire le programme de loterie des visas de 50 % et de donner la priorité aux pays déjà dans le système, selon le Post. Il a notamment qualifié Haïti et des nations africaines de "pays de merde".

Selon l'agence, cette déclaration a été rapportée par deux sources ayant assisté à une rencontre entre deux sénateurs avec le président Donald Trump concernant une loi sur l'immigration.

Aurait également demandé le président, selon le Washington Post. Le président américain aurait alors continué en disant que les Etats-Unis ont besoin de plus d'immigrants venant de pays comme la Norvège, au lendemain de la visite de la Première ministre Erna Solberg à la Maison Blanche.

De son côté, le New York Times, qui fait état des mêmes propos du président, citant des participants non identifiés à la réunion, avait rapporté en juin dernier que Donald Trump avait assuré, lors d'une autre réunion sur l'immigration, que les Haïtiens " ont tous le sida ".

Mais la Maison-Blanche et plusieurs législateurs républicains ont dit qu'ils rejetteraient la proposition, plongeant de nouveau dans l'incertitude le sort des Dreamers, ces 800 000 immigrants qui sont arrivés illégalement aux États-Unis avant d'avoir 16 ans et qui peuvent obtenir un permis de travail temporaire. Toujours de même source, les sénateurs présents ont été déconcertés par ces propos. Président 'raciste' Membre du Congrès, le démocrate Luis Gutierrez a réagi en déclarant: "Nous pouvons dire maintenant avec 100% de certitude que le président est un raciste qui ne partage pas les valeurs inscrites dans notre Constitution".

La Maison Blanche n'a pas nié que le président américain ait tenu ces propos. Sa collègue républicaine Mia Love, d'ascendance haïtienne, a jugé pour sa part "désobligeants" et "clivants" les propos présidentiels et demandé des excuses.

" Certains politiciens de Washington choisissent de se battre pour des pays étrangers, mais le président Trump se battra toujours pour le peuple américain, a déclaré le porte-parole Raj Shah dans un communiqué".

Recommande: