Taxe d'habitation : "Pas de nouvel impôt pendant le quinquennat", assure Le Maire

12 Janvier, 2018, 12:09 | Auteur: Phil Beauvilliers
  • Illustration

Mais enfin, c'est la numéro 2 du numéro 2, le joker de Gérard Collomb! En langage officiel, ça donne: "ministre auprès du ministre d'État, ministre de l'Intérieur".

Fin décembre, le Conseil constitutionnel a rejeté les recours contre cette réforme, mais a toutefois pris soin de préciser qu'il pourrait "réexaminer ces questions en fonction notamment de la façon dont sera traitée la situation des contribuables restant assujettis à la taxe d'habitation dans le cadre d'une réforme annoncée de la fiscalité locale". "On commence les discussions dès maintenant" avait-elle indiqué. Mais "la taxe d'habitation est définitivement abolie" et "ne sera pas remplacée par un autre impôt", a-t-elle précisé ultérieurement sur Twitter. "La fiscalité locale sera entièrement repensée".

Et ce vendredi 12 janvier, Bruno Le Maire en remet une couche. "Il n'y aura pas de nouvel impôt en France pendant le quinquennat, ni d'augmentation de TVA ou des taxes locales", a affirmé Bruno le Maire en expliquant que Jacqueline Gourault a sûrement été "mal comprise".

La taxe d'habitation, c'est en moyenne 600 euros par personne. "Le plus tôt sera le mieux", a déclaré Bruno Le Maire. "On ne supprime pas un impôt pour en rétablir un autre, c'est un principe fondamental". Mais "il faudra trouver de l'argent" pour l'exonération complète de la taxe d'habitation, a-t-il dit sur RMC et BFMTV. "Donc la taxe d'habitation, certes, sera supprimée, mais il y aura un nouvel impôt pour remplir les caisses et permettre l'autonomie fiscale" des collectivités, a conclu M. Carvounas. Peut-être pourrions-nous tous travailler collectivement à cette autre réforme?

Si sa suppression est actée, des voix discordantes se font entendre au sein du gouvernement quant à son éventuel remplacement par un nouvel impôt.

Jusqu'à présent, le gouvernement d'Edouard Philippe avait connu assez peu de couacs. Le principal avait opposé le ministre de l'Écologie Nicolas Hulot et le ministre de l'Agriculture Stéphane Travert au sujet de l'interdiction des pesticides tueurs d'abeilles, en juin 2017. Duel remporté à l'époque par Monsieur Ushuaïa.

Recommande: