La "méthode Trump" appliquée au Pakistan

13 Janvier, 2018, 19:35 | Auteur: Phil Beauvilliers
  • Le drapeau du Pakistan

Cette somme vient s'ajouter aux 350 millions promis et finalement refusés au Fonds de soutien à la coalition (CSF), la structure destinée à rembourser les dépenses engagées par le Pakistan en soutien à la lutte internationale contre le terrorisme. Le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Geng Shuang, n'a pas directement commenté les propos du président américain mais a rendu hommage à Islamabad. "Les Etats-Unis ont bêtement donné 33 milliards de dollars d'aide au Pakistan ces 15 dernières années, et ils ne nous ont rien donné en retour si ce n'est des mensonges et de la duplicité, prenant nos dirigeants pour des idiots", a écrit le président milliardaire peu après 7h du matin (15h au Luxembourg). Le chef de la Maison Blanche en a rajouté une couche en accusant Islamabad d'avoir abrité des terroristes chassés par les Etats-Unis en Afghanistan. Mais les Etats-Unis, tout comme l'Afghanistan, accusent le Pakistan de soutenir les talibans actifs dans ce pays voisin.

L'année 2018 démarre mal pour les relations américano-pakistanaises. Islamabad, après avoir lancé en 2014 une nouvelle campagne d'opérations militaires dans ses zones tribales, à la frontière afghane, affirme avoir désormais éradiqué toutes les bases arrière des groupes islamistes.

En août, les Etats-Unis avaient déjà annoncé qu'ils suspendraient 255 millions d'aide au Pakistan si celui-ci n'agissait pas davantage contre le terrorisme.

Islamabad n'a pas tardé à réagir au tweet du président américain. "C'est fini! ", avait asséné Donald Trump.

Le premier tweet politique de l'année avait été adressé au Pakistan. "Il faut qu'ils nous aident". La réaction du Pakistan ne s'est pas faite attendre. Il a ajouté que le Pakistan n'avait pas besoin de l'aide américaine.

"La Chine, très active dans un projet d'infrastructure massif au Pakistan, d'un coût total de 54 milliards de dollars, a ainsi préféré louer " la remarquable contribution " de son nouvel allié à " la cause globale du contre-terrorisme", via un porte-parole de son ministère des Affaires étrangères. Les Pakistanais ont donné asile à des terroristes après lesquels nous étions en Afghanistan.

Recommande: