Non-lieu en faveur du suspect Hassan Diab — Attentat Copernic

13 Janvier, 2018, 05:12 | Auteur: Phil Beauvilliers
  • AFP                       Attentat rue Copernic non-lieu pour Hassan Diab le seul suspect de l'enquête

L'attentat à la bombe, commis devant la synagogue de la rue Copernic, à Paris, le 8 octobre 1980, avait fait quatre morts et 46 blessés.

Le parquet de Paris va faire appel de cette décision, a-t-on appris de source judiciaire, mais cet appel n'est pas suspensif et ne remet donc pas en cause à ce stade la remise en liberté de M. Diab.

La découverte d'un passeport à son nom avec des tampons d'entrée et de sortie d'Espagne d'où serait parti le commando était l'un des principaux éléments à charge à son encontre.

Mais Hassan Diab assure qu'il se trouvait à Beyrouth au moment de l'attentat pour passer ses examens à l'université. L'enquête, l'une des plus anciennes à Paris, avait attribué cet attentat, non revendiqué, au Front populaire de libération de la Palestine-Opérations spéciales (FPLP-OS), un groupe né d'une scission du FPLP, et les renseignements français avaient identifié Hassan Diab, en 1999.

Dans la foulée, le parquet, qui avait requis le renvoi de ce dernier devant les assises, a annoncé qu'il faisait appel de l'ordonnance des juges. " Vu les nombreuses divergences qui existent dans ce dossier, ce sera une bonne chose que la cour d'appel tranche ", a relevé l'un de leurs avocats, Eric Morain.

Près de quarante ans après les faits, les magistrats ont prononcé un non-lieu en faveur d'Hassan Diab, qui a passé plus de trois ans en détention provisoire.

Recommande: