Un nanosatellite français pour mesurer le transit d'une exoplanète — PicSat

13 Janvier, 2018, 16:15 | Auteur: Christian Jacquard
  • Un satellite miniature français pour observer une exoplanète première mondiale

Le satellite Picsat, à peine plus grand qu'une bouteille d'eau, et pesant 3.5 kg sera lancé aujourd'hui vendredi 12 janvier 2018 à par le lanceur indien PSLV (Polar Satellite Launch Vehicle) qui l'enverra orbiter à 505 km au-dessus de la Terre. Sa consommation électrique, d'environ 5 Watts, équivaut à celle d'une ampoule économique. Il a été conçu en seulement trois ans par des scientifiques de l'Observatoire de Paris et du CNRS.

Schéma du mini-satellite PicSat. "C'est une première étape de franchie avec succès".

Vue infrarouge de l'environnement autour de l'étoile Beta Pictoris - ESO/A. -M.

Située à seulement 63,4 années-lumière de la Terre et visible depuis l'hémisphère sud, Beta Pictoris est une étoile très jeune et très brillante, ce qui en fait un bon objet d'étude pour les astronomes.

En 2009, une équipe française dirigée par l'astrophysicienne Anne-Marie Lagrange, a découvert dans ce système planétaire une planète gazeuse géante, Beta Pictoris b, encore en cours de formation. Elle est sept fois plus massive que Jupiter et tourne autour de son étoile à 1,5 milliard de kilomètres de distance.

Pouvoir observer ce passage ou "transit", qui se reproduit tous les 18 ans, devrait permettre de déduire la taille exacte de l'exoplanète, l'étendue de son atmosphère et sa composition chimique.

Or le transit ne durera que quelques heures.

PicSat appartient à la famille des "CubeSats", constitués de l'assemblage de plusieurs modules cubiques de 10 cm de côté. Légers, d'un format adapté à leur embarquement à bord des lanceurs, ils sont, du fait des risques importants d'échec, le plus souvent employés à des fins pédagogiques et industrielles.

PicSat mesure 10 X 10 X 30 cm, "la taille d'un coffret de champagne", selon Sylvestre Lacour.

D'un coût modeste (1,5 million d'euros, salaires compris), le projet, qui a reçu un financement européen, a pu démarrer en 2015. "Là, cela ne nous a pris que trois ans". Il sera suivi par l'Observatoire de Meudon pendant l'année de fonctionnement de Picsat.

Autre originalité de la mission PicSat: elle transmet sur les fréquences radioamateurs. Toute personne disposant d'un minimum d'équipement de réception radio pourra écouter ses transmissions.

"Nous voulons en faire un projet collaboratif" car les radioamateurs peuvent aider à suivre le satellite et à recueillir ses données, note Sylvestre Lacour.

Recommande: