Lactalis "s'excuse" auprès des parents — Lait contaminé

14 Janvier, 2018, 09:08 | Auteur: Djeferson Maurice
  • Des boîtes de lait infantiles

Depuis un mini-sommet européen à Rome, Emmanuel Macron a averti que "si des sanctions devaient être prises, elles seraient prises".

"L'Etat s'est donc le 9 décembre substitué à une entreprise défaillante dont je rappelle qu'elle est la seule responsable de la qualité et de la sécurité des produits mis sur le marché", a conclu M. Le Maire. Cette crise touche aussi la grande distribution dont les principales enseignes (Leclerc, Auchan, Carrefour, Système U) ont admis avoir écoulé les produits malgré les rappels successifs.

Alors que les premiers rappels de laits ont eu lieu le 1er décembre dernier, Bruno le Maire a annoncé que la DGCCRF (Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes) avait procédé à 2500 contrôles de commerces.

Plus de 2 000 contrôles ont été effectués à ce jour. De nouveaux contrôlés seront menés dès la semaine prochaine. Quelque soit la date de fabrication, ces boîtes ne devront pas vendues. Mais cela pose tout de même un sacré problème de voir le patron de la multinationale au cœur du scandale refuser d'assumer les graves dysfonctionnements de son entreprise, tant que "les causes de la contamination ne sont pas établies". Et pourtant, M. Besnier avait été assez fermement incité à répondre à l'invitation du ministre de l'économie, Bruno Le Maire. Pour l'heure, l'usine de Craon est à l'arrêt depuis le 8 décembre 2017.

La direction de Lactalis était convoquée par le ministre de l'Economie ce vendredi 12 janvier. Lactalis "renouvelle ses excuses aux parents" qui ont acheté du lait susceptible d'être contaminé, a ainsi dit son porte-parole Michel Nalet lors d'un point presse.

Le ministre de l'Economie doit aussi avoir un entretien téléphonique avec la présidente de l'ordre des pharmaciens et échanger avec les associations de consommateurs.

Ces trois ministres ont de nouveau défendu l'attitude de l'Etat, estimant qu'il n'y avait pas eu de défaillance et que ses services avaient au contraire "fait leur travail", en réponse aux critiques qui se font entendre ces derniers jours.

Deux députés, Geoffroy Didier des Républicains et Clémentine Autain de la France Insoumise, réclament la création d'une commission d'enquête parlementaire.

Le distributeur E.Leclerc a été le premier à annoncer mardi qu'en dépit du rappel lancé en décembre, 984 produits Lactalis concernés avaient été vendus dans plusieurs de ses magasins.

Recommande: