Lait contaminé : des centaines de plaintes contre Lactalis

14 Janvier, 2018, 09:22 | Auteur: Djeferson Maurice
  • BERTRAND GUAY  AFP

Après le "premier enjeu " qu'est la sécurité sanitaire des consommateurs, M. Le Maire a exprimé sa préoccupation pour l'emploi sur le site de Craon, en Mayenne, et au-delà, les agriculteurs de la région, avant d'évoquer son souhaite de sauvegarder la "réputation " de la filière laitière dans son ensemble, "une filière d'excellence qui doit le rester ".

Ces trois ministres ont de nouveau défendu l'attitude de l'Etat, estimant qu'il n'y avait pas eu de défaillance et que ses services avaient au contraire "fait leur travail", en réponse aux critiques qui se font entendre ces derniers jours. Lactalis, dont il s'agit, a donc décidé de revenir le soir-même, sur sa gestion de la crise qu'il traverse depuis un mois: la contamination de plusieurs de ses laits infantiles par une bactérie, la salmonelle.

Bruno Le Maire le ministre de l'économie a rencontré, vendredi le discret PDG de Lactalis Emmanuel Besnier.

Quentin Guillemain demande également qu'un juge d'instruction soit saisi. Les contrôles déjà effectués ont permis de retrouver des boîtes de lait potentiellement contaminées dans des supermarchés, mais aussi dans des pharmacies, des crèches et des hôpitaux.

"Lactalis fera ensuite tous les investissements nécessaires sur le site de Craon pour garantir la sécurité sanitaire du site et éviter que ne se reproduisent de telles contaminations", a-t-il ajouté, écartant ainsi implicitement le spectre d'une fermeture du site actuellement à l'arrêt et dont 250 des 327 salariés sont au chômage technique.

Le gouvernement reproche au groupe laitier d'avoir manqué de transparence et tardé à réagir après la détection de salmonelle dans son usine de Craon, lors d'auto-contrôles réalisés en août et novembre. Cette contamination, qui concernait seulement l'environnement du site et non les produits, n'a été révélée au public que début décembre.

Faute d'accord avec Lactalis, le ministre de l'Economie a expliqué avoir dû signer lui-même le 9 décembre un arrêté demandant la suspension de la commercialisation des laits infantiles et le rappel de quelque 600 lots, soit 11'000 tonnes. Au 9 janvier, les autorités de santé avaient recensé en France 35 nourrissons atteints de salmonellose et ayant consommé un lait ou un produit d'alimentation infantile de l'usine Lactalis incriminée.

Une enquête préliminaire a été ouverte fin décembre par le parquet de Paris, notamment pour "blessures involontaires" et "mise en danger de la vie d'autrui". Parmi eux 18 ont été hospitalisés, "tous sont sortis de l'hôpital" et tous vont "bien", d'après Santé publique France.

Recommande: