L'ex-ministre Dominique Bussereau : "Je me mets en congé des Républicains"

14 Janvier, 2018, 17:28 | Auteur: Phil Beauvilliers
  • Charles Platiau  Reuters                       Dominique Bussereau à l'Assemblée nationale en mars 2017

Dominique Bussereau tape là où ça fait mal: "Après le séisme de 2017, les partis continuent à faire comme si rien ne s'était passé" et parle d'un "naufrage qui a déjà eu lieu".

S'il déclare en accroche vouloir simplement "prendre de la distance avec la politique partisane", il paraît toutefois vite manifeste que ce proche du maire de Bordeaux souhaite fuir la réorientation droitière du parti. Ils "pourraient être ceux du FN", déplore Dominique Bussereau. Et de faire une petite comparaison historique: "L'UMP, c'était la CDU allemande, un mouvement rassemblant les différentes sensibilités de la droite et du centre".

L'ancien ministre et actuel président du conseil départemental de Charente-Maritime Dominique Bussereau annonce, dimanche 14 janvier, dans le Journal du Dimanche, se mettre "en congé" du parti Les Républicains. Il expose aussi ses divergences sur l'Europe avec la nouvelle direction du parti.

"En revanche, j'entends chez certains, comme (le vice-président de LR) Guillaume Peltier, des appels au nationalisme et à se refermer sur nous-mêmes", souligne-t-il. "Nous avions avec Alain Juppé défini nos lignes rouges: aucune porosité avec le Front national, une distanciation avec Sens commun et les idéologies ultraconservatrices, et l'attachement profond, militant, à la construction européenne". "Il décidera, au moment des élections européennes, s'il peut encore voter pour sa famille politique, ".sinon, je passerai de la mise en congé au départ définitif".

"Il n'y a plus de volonté d'être ardemment européen".

Recommande: