" "Les sénateurs " très inquiets " sur les fermetures des lignes déficitaires — SNCF

15 Février, 2018, 20:44 | Auteur: Nathanaël Gerin
  • Parmi les pistes envisagées la suppression de certains avantages des cheminots

"La rentabilité du TGV repose principalement sur la conquête du marché de l'aller-retour dans la journée, voire dans la demi-journée, des voyageurs se déplaçant pour des motifs professionnels entre Paris et les grandes métropoles françaises, indique son rapport".

C'est un rapport de l'ancien président d'Air France Jean-Cyril Spinetta, qualifié d'explosif et de décapant par les médias français, qui a été remis jeudi au Premier ministre français Edouard Philippe.

Pour SUD Rail, "le contenu de ce rapport et la manière dont il sera exploité pourront forcément mettre le feu dans l'entreprise" SNCF.

L'abandon du statut de cheminot serait rendu possible par la transformation de la SNCF en société anonyme à capitaux publics. SNCF Mobilités voudrait en contrepartie une baisse des péages payés à SNCF Réseau. Ces éventuels bouleversements inquiètent donc les cheminots qui pourraient bien descendre dans la rue pour défendre leur statut. Concrètement, les nouveaux embauchés à la SNCF ne bénéficieraient plus du statut de cheminot à l'avenir, lequel sera réservé aux anciens et s'éteindra de lui-même dans une trentaine d'années. Le rapport propose ainsi de "recourir pendant deux ans à la procédure des plans de départs volontaires". Les syndicats, qui craignent que cette option soit retenue, prépare déjà l'offensive. "Le vieillissement du réseau n'explique pas tout, loin de là", souligne Jean-Cyril Spinetta.

La fin des petites lignes?

Le rapport conseille que deux choix soient proposés: l'acceptation d'un transfert vers l'entreprise ayant remporté l'appel d'offres, en conservant les avantages du contrat de travail, ou le refus mais avec l'obligation d'accepter une nouvelle affectation. "On se dirige très clairement vers le train et le TGV pour les territoires les plus riches, et le bus et la bagnole pour les territoires les plus pauvres". L'avenir des lignes les moins fréquentées n'est donc pas assuré. En effet, d'après les auteurs du rapport Spinetta, il "paraît impensable de consacrer près de 2 milliards d'euros à seulement 2 % des voyageurs" Des milliers de kilomètres de lignes seraient donc sacrifiées au profit de lignes plus rentables.

"Le réseau à grande vitesse peut être considéré comme abouti", note le rapport, qui estime que construire de nouvelles lignes "entraînerait le TGV au-delà de sa zone de pertinence économique".

Enfin, Jean-Cyril Spinetta s'est penché sur la dette de la SNCF Réseau, sans proposer de solution. Il y a aussi la question de la dette de la SNCF: 50 milliards d'euros. Alors que les syndicats réclament un apurement, le rapport se borne à constater que "le traitement de la dette est une condition préalable et nécessaire à un retour de l'équilibre du gestionnaire d'infrastructures".

Les représentants de la direction de la SNCF, des organisations syndicales représentatives, des régions, des usagers, de l'établissement public de sécurité ferroviaire et de l'autorité de régulation seront reçus la semaine prochaine, a précisé Matignon. Si jamais Emmanuel Macron avait le cran de reprendre les propositions de Jean-Cyril Spinetta, il faudrait s'attendre à un conflit social majeur cette année.

Recommande: